Duverne en veut à L'Equipe

  • A
  • A
Duverne en veut à L'Equipe
Partagez sur :

Neuf mois après, Knysna fait encore parler ! Robert Duverne, ancien préparateur physique des Bleus, revient dans un entretien accordé au quotidien Sud Ouest sur l'altercation dans les vestiaires de Polokwane entre Nicolas Anelka et Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique. "Du pipi de chat" pour l'intéressé qui reproche à L'Equipe sa fameuse une qui a tout déclenché...

Neuf mois après, Knysna fait encore parler ! Robert Duverne, ancien préparateur physique des Bleus, revient dans un entretien accordé au quotidien Sud Ouest sur l'altercation dans les vestiaires de Polokwane entre Nicolas Anelka et Raymond Domenech à la mi-temps de France-Mexique. "Du pipi de chat" pour l'intéressé qui reproche à L'Equipe sa fameuse une qui a tout déclenché... De sa Coupe du monde, on retiendra avant tout cette envie d'en découdre avec Patrice Evra et ce lancer de sifflet qui a fait le tour des caméras du monde entier. Neuf mois après, Robert Duverne, ancien préparateur physique de l'équipe de France, aujourd'hui à Aston Villa au côté de Gérard Houllier, n'a visiblement rien oublié de cette triste page de l'histoire du foot tricolore. Une triste page qu'il réécrit à sa façon dans un entretien accordé au quotidien Sud Ouest. Selon lui, rien ne serait arrivé si L'Equipe n'avait pas sorti sa fameuse une du samedi 18 juin, barrée de l'insulte soi-disant proférée par Nicolas Anelka à Raymond Domenech dans les vestiaires du Peter Mokaba Stadium de Polokwane à la mi-temps de France-Mexique (0-2). "Était-ce intéressant de parler de tout cela ? Moi j'ai vu bien pire dans les vestiaires de l'Olympique Lyonnais (dont il a longtemps été le préparateur physique, ndlr), des mecs qui ont failli en venir aux mains. Ce qui s'est passé entre Nico et Raymond, c'est du pipi de chat !" Une broutille montée en épingle, selon lui, par le quotidien sportif pour des raisons purement mercantiles: "Est-ce que c'est une bonne idée de faire cette une ? C'est une connerie monstre. C'est une envie de faire du mal. C'est gratuit et ça rapporte beaucoup de pognon. L'Equipe tient sa finale ! Le fond de l'article est nul, je vous le dis, je sais écrire aussi. L'article est nul, l'édito est nul, sans fondement. Heureusement, il n'y a pas de faute de grammaire, ni d'orthographe...""Aulas aurait fait un communiqué, et voilà" La charge est violente, Robert Duverne reprochant ensuite à la Fédération de ne pas avoir su gérer la crise, provoquant notamment la grève des joueurs, qu'il juge regrettable: "On ne dit pas que la grève est liée à l'article. Elle l'est, parce que la fédé réagit à l'article et la manifestation des joueurs va à l'encontre de la décision de la fédé d'exclure un joueur suite à l'article. L'outil n'est pas bon, ne pas participer à l'entraînement pour manifester, ce n'était pas une bonne idée. Si les joueurs avaient plutôt exigé le départ des journalistes avant de s'entraîner, les choses auraient été différentes. Cela aurait été un boycott et aurait correspondu à leur lettre. Aulas (président de l'OL) aurait fait un communiqué, et voilà. Ensuite, tout le monde s'en est mêlé, c'est devenu une affaire nationale et Roselyne est arrivée..." Roselyne Bachelot en l'occurrence, ancienne ministre de la Santé et des Sports, dont l'intervention aura sans doute contribué à conférer à cette affaire son caractère «grandguignolesque». A l'arrivée, les Bleus, battus dans la foulée par l'Afrique du Sud (2-1) ne s'en remettront pas, provoquant une réprobation unanime à leur retour en France. Et pourtant, selon Robert Duverne, l'ambiance n'était pas si mauvaise que certains l'ont laissé entendre: "Il n'y en avait pas (de malaise, ndlr). En revanche, un malaise avant le Togo au Mondial 2006, il y en avait un, moi, je peux vous le dire. Personne ne l'a vu et personne n'a fait de une. Et pourtant, on est allés en finale !" Comme quoi, une finale tient à peu de choses...