Dusautoir, pour compenser ?

  • A
  • A
Dusautoir, pour compenser ?
Partagez sur :

Battu en finale de la Coupe du monde dimanche par la Nouvelle-Zélande (7-8), Thierry Dusautoir a été désigné joueur de l'année 2011 par le comité des sages de l'International Rugby Board. Le capitaine des Bleus succède donc à Richie McCaw, double tenant du titre, et devient le deuxième Français à recevoir cet honneur, après Fabien Galthié en 2002. Trophée de compensation ?

Battu en finale de la Coupe du monde dimanche par la Nouvelle-Zélande (7-8), Thierry Dusautoir a été désigné joueur de l'année 2011 par le comité des sages de l'International Rugby Board. Le capitaine des Bleus succède donc à Richie McCaw, double tenant du titre, et devient le deuxième Français à recevoir cet honneur, après Fabien Galthié en 2002. Trophée de compensation ? "Ça fait très plaisir mais..." Invité à s'exprimer sur sa désignation comme meilleur joueur de l'année 2011, Thierry Dusautoir n'était pas forcément l'homme le plus comblé du dîner de clôture de la Coupe du monde, lundi. La faute à cette finale, qu'il faudra digérer avec le temps. Et une désignation individuelle ne peut pas aider le formidable capitaine du XV de France, défait dimanche sur la pelouse d'Auckland. "Évidemment, ça ne remplacera pas la déception de la nuit passée, confirme le Toulousain au micro de RMC. Je ne sais même pas quoi en dire. C'est une belle preuve de respect vu le travail qu'on a pu faire." Le troisième ligne succède donc à Richie McCaw, deux fois titré de suite, et désormais détenteur de la coupe Webb Ellis. Il est également le deuxième Français à recevoir cette récompense créée en 2001, puisque Fabien Galthié fut désigné en 2002. Un honneur qui revient chaque année récompenser les joueurs pour leur apport majeur aux performances de leur équipe nationale, tout au long de l'année. Le comité des sages de l'IRB, qui est censé avoir désigné Dusautoir cette année, était notamment composé de quelques grands joueurs comme Gavin Hastings, Raphaël Ibanez, Francois Pienaar, Agustin Pichot, Tana Umaga ou Paul Wallace. Une compensation de l'IRB ? Reste désormais à évaluer la valeur de cette récompense, acquise alors que les Blacks Piri Weepu, Jérôme Kainoe et Ma'a Nonu étaient en lice, ainsi que les Australiens Will Genia et David Pocock. Le choix est forcément subjectif, indiscutable au vu de la finale, mais un peu plus si on prend en compte l'ensemble de la saison, où le XV de France aura été loin de dominer son sujet. Peut-être l'IRB s'est-elle sentie le besoin d'offrir un lot de consolation au XV de France après une finale à l'arbitrage contesté... Un constat qui ne remet pas en cause la valeur d'un joueur unanimement reconnu pour ses talents sur, mais aussi en dehors du terrain. "Je n'aurai pas assez de deux minutes pour dire ce qu'il représente pour le groupe. Il est un grand joueur, et pas seulement sur le terrain, où il montre la voie à tous, lâche ainsi Imanol Harinordoquy. Ce n'est pas un grand parleur, mais il sait ce qu'il veut et il le montre quotidiennement à l'entraînement comme en match". La finale de dimanche en aura été une nouvelle preuve...