Dunkerque en quête de confiance

  • A
  • A
Dunkerque en quête de confiance
Partagez sur :

Annoncé comme un prétendant à une place en Ligue des champions en fin de saison, Dunkerque traîne son mal-être depuis le début de saison. Handicapés par les blessures, les Dunkerquois viennent d'enchaîner trois défaites de suite en championnat, à l'heure d'aborder leur match face à Montpellier pour le compte de la 5e journée de Division 1. Mais Pierre Soudry et sa bande comptent bien décrocher leur match référence.

Annoncé comme un prétendant à une place en Ligue des champions en fin de saison, Dunkerque traîne son mal-être depuis le début de saison. Handicapés par les blessures, les Dunkerquois viennent d'enchaîner trois défaites de suite en championnat, à l'heure d'aborder leur match face à Montpellier pour le compte de la 5e journée de Division 1. Mais Pierre Soudry et sa bande comptent bien décrocher leur match référence. "La sonnette d'alarme a été enclenchée." Pierre Soudry ne se cache pas derrière son petit doigt. La situation de son club, Dunkerque, inquiète. Annoncé parmi les prétendants les plus armés pour la place de dauphin du despote montpelliérain, le club nordiste vient d'enchaîner trois défaites de rang en championnat, auxquelles il convient d'ajouter un revers en Coupe de la Ligue, face à Créteil. "Ce n'est pas l'état d'urgence, mais on est dans une situation délicate, concède le jeune arrière droit de l'USDK. C'est un début de saison raté." Un patinage au démarrage, en partie dû aux blessures de deux cadres, Bastien Lamon et Sébastien Bosquet. Car tout avait bien commencé cette saison, avec ce match héroïque livré face à l'ogre Rhein Neckar-Löwen, lors du tour préliminaire de Ligue des champions. "On est capable de faire de bonnes choses, comme face à Chambéry en championnat, ou lors du tour préliminaire de Ligue des champions, où vraiment on a élevé notre niveau de jeu", souffle Soudry. Reste que cette rencontre, perdue au final (30-36 a.p.), va laisser des traces. Soudry: "Rien n'est impossible" Victime d'une rupture de l'aponévrose, Bosquet ne reviendra qu'après la trêve hivernale, tandis que Lamon, touché au genou, ne sera de retour qu'à la fin octobre. "On a vu sur les derniers matches que ça aurait été vraiment un bien qu'ils soient là, lâche le jeune gaucher. Mais il faut faire avec, on sait très bien que dans une saison, il y a toujours ce genre d'évènements, ces blessures." Reste que sur la base arrière, Patrick Cazal manque cruellement de munitions, malgré l'apport de Nagy, arrivé cet été. Nilsson n'est ainsi pas au niveau, et Siakam et Soudry ne peuvent pas tout, victimes de l'irrégularité inhérente à leur jeunesse. "Il faut retrouver de la confiance chacun dans son coin, et tous ensemble retrouver une grosse force, pense l'international juniors, auteur notamment de 11 buts face à Chambéry et désormais au four et au moulin pour suppléer Bosquet. Je sais que si "Seb" est blessé, j'ai plus de responsabilités, et je ne dois pas me mettre de pression. Après, ce n'est jamais évident d'être seul sur un poste car quand ça ne va pas, on n'a pas le choix, il faut se remettre à l'endroit." Et si l'équipe est en quête de confiance et de ce match référence qui lancerait enfin sa saison, son adversaire du soir a d'ores et déjà mis en route la machine, avec une victoire à Kiel dimanche (24-23). "Ce n'est jamais facile de jouer Montpellier, encore plus difficile quand on est dans une situation comme la nôtre, reconnaît l'arrière droit. On va voir dans quel état d'esprit est Montpellier, et ce qu'on est capable de faire. A Chambéry, on s'est mis au niveau de Chambéry, et quand on a joué Cesson, sans leur faire offense, on s'est mis à leur niveau aussi." Ne comptez en tout cas pas sur l'USDK pour partir perdant. "Rien n'est impossible", conclut Soudry.