Duchaussoy au secours des arbitres

  • A
  • A
Duchaussoy au secours des arbitres
Partagez sur :

Encore critiqué récemment, notamment par les dirigeants bordelais après la rencontre de championnat disputée à Caen le week-end dernier, le corps arbitral a reçu le soutien de Fernand Duchaussoy. Le président de la Fédération française de football (FFF) juge grave l'attitude consistant à remettre "en cause l'intégrité morale des arbitre fédéraux et de leurs assistants."

Encore critiqué récemment, notamment par les dirigeants bordelais après la rencontre de championnat disputée à Caen le week-end dernier, le corps arbitral a reçu le soutien de Fernand Duchaussoy. Le président de la Fédération française de football (FFF) juge grave l'attitude consistant à remettre "en cause l'intégrité morale des arbitre fédéraux et de leurs assistants." Ce Bordeaux-Caen du 12 février continue à remuer l'actualité. Trop, peut-être. Trop pour Fernand Duchaussoy en tout cas, qui par le biais d'un communiqué est venu vendredi au secours des directeurs de jeu: "Je tiens ici à réaffirmer mon soutien le plus entier à l'ensemble du corps arbitral, en qui je place toute ma confiance". Après une action litigieuse dans la surface de réparation sur Gouffran le week-end dernier, la polémique avait enflé toute la semaine. Une action, il est vrai, où l'attaquant français voyait, à la fois, son but refusé pour un hors-jeu inexistant et le tacle du défenseur caennais Marcq lui briser la malléole ...en toute impunité arbitrale. Suite aux déclarations fracassantes d'après match tenues par Jean-Louis Triaud sur l'arbitre du soir Saïd Ennjimi (lire Bordeaux crie au scandale), Nicolas de Tavernost en a remis une couche cette semaine au sein d'une lettre envoyée au président de la Fédération française de football. Même s'il "comprend qu'une erreur de jugement, suivi de la grave blessure d'un joueur, puisse provoquer chez certains un sentiment exacerbé d'injustice ou de révolte", le patron du football français rappelle que les propos des dirigeants bordelais étaient déplacés: "Les insinuations ou toutes formes d'allusions remettant directement en cause l'intégrité morale des arbitre fédéraux et de leurs assistants sont graves et ce, pour deux raisons : on ne peut dénoncer, même implicitement, un individu sans fournir des éléments solides d'agissements contraires à l'éthique sportive". Duchaussoy profite aussi de l'occasion pour lancer un appel au calme: "J'espère sincèrement qu'à l'occasion des derniers mois du championnat, chacun saura rester à sa place et respecter le travail des acteurs de notre sport". Cette intervention permettra-t-elle aux arbitres d'être un peu plus tranquilles dans cette 24e journée de Ligue 1 ? Cela dépendra également de leur décision.