Du retard à l'allumage

  • A
  • A
Du retard à l'allumage
Partagez sur :

Le premier tour de l'Open de France, jeudi, n'a pas été de tout repos pour les favoris. Certains ont déjà nettement hypothéqué leurs chances de victoire finale, ou même de top 10, à l'instar de Bubba Watson ou de Grégory Bourdy, à trois et deux coups au-dessus du par. Le duo de tête est composé de Richard Green et Graeme Storm (-6). Julien Guerrier est le premier Français, à trois longueurs.

Le premier tour de l'Open de France, jeudi, n'a pas été de tout repos pour les favoris. Certains ont déjà nettement hypothéqué leurs chances de victoire finale, ou même de top 10, à l'instar de Bubba Watson ou de Grégory Bourdy, à trois et deux coups au-dessus du par. Le duo de tête est composé de Richard Green et Graeme Storm (-6). Julien Guerrier est le premier Français, à trois longueurs. A force d'entendre que le parcours du Golf national est un des plus compliqués du circuit européen, les joueurs ont dû finir par le croire. Le premier tour n'a pas vraiment été favorable aux cadors jeudi, puisque la première vraie tête d'affiche ne pointe qu'à la 6e place, à trois coups du leader et à égalité avec dix autres golfeurs: il s'agit de Matteo Manassero. Le jeune prodige italien, âgé de 18 ans, s'en est un peu mieux sorti que les autres. Et certains ont déjà ruiné leurs chances de victoire, voire même de top 10. Ainsi, Bubba Watson, la star américaine de cet Open de France, est relégué en queue de classement, 90e à neuf coups des deux leaders. Martin Kaymer est dans le par, Miguel Angel Jimenez aussi, mais d'autres Espagnols n'ont pas connu la même - relative - réussite. Alvaro Quiros est à deux coups au-dessus du par, tandis que Pablo Larrazabal, tout récent vainqueur à Munich, est à +3. Les deux Molinari, Edoardo et Francesco, sont encore plus loin, à +4. Les Français dans le dur Parmi les 24 joueurs français engagés, Julien Guerrier a pris le meilleur départ, se classant 6e à trois longueurs des leaders, soit trois coups sous le par. Comme chez les favoris sur l'ensemble du plateau, les meilleures chances n'ont pas non plus été franchement à la fête côté français. Seul Thomas Levet, plutôt en souffrance ces dernières semaines - lui qui avait notamment manqué le cut à l'US Open - finit à un coup sous le par et reste placé. Plus inattendu, Jean-François Lucquin est à -2, en 17e position avec cinq autres hommes dont le Belge Nicolas Colsaerts. Mais les déceptions sont légion côté tricolore, à plus ou moins grande échelle. Si Grégory Havret reste dans les clous grâce à son 71, qui le maintient donc dans le par, Jean-Baptiste Gonnet et Grégory Bourdy finissent à +1 et +2. Victor Dubuisson n'a pas idéalement commencé non plus, en rendant lui aussi une carte de 73 (+2). Raphaël Jacquelin a complètement manqué son premier tour en 75, tandis que Romain Wattel est à +6. Dur, dur... Le top 10 de l'Open de France, après le 1er tour: 1. Richard GREEN (AUS) 65 Graeme STORM (ANG) 65 3. James MORRISON (ANG) 66 Thorbjörn OLESEN (DAN) 66 George COETZEE (AFS) 66 6. Mark FOSTER (ANG) 68 Matthew NIXON (ANG) 68 Thongchai JAIDEE (THA) 68 Paul BROADHURST (ANG) 68 Anthony WALL (ANG) 68 Peter WHITEFORD (ECO) 68 Jeev Milkha SINGH (IND) 68 Michael JONZON (SUE) 68 Julien GUERRIER (FRA) 68 Matteo MANASERRO (ITA) 68 Jeppe HULDAHL (DAN) 68