Du Beaubois brillant

  • A
  • A
Du Beaubois brillant
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Les Mavericks de Beaubois ont dominé les Wolves, mercredi (112-109).

NBA - Les Mavericks de Beaubois ont dominé les Wolves, mercredi (112-109). Le match de la nuit Jason Kidd peut bien s'octroyer quelques plages de repos, Rodrigue Beaubois veille! Car si, à bientôt 37 ans, et après 60 matches à près de 36 minutes de moyenne, le meneur all-star a préféré faire l'impasse sur la réception des Wolves pour retrouver quelques forces après une sortie décevante, lundi, à Charlotte, Beaubois ne s'est pas fait prier pour prendre le relais de son tuteur. A tel point que l'ancien Choletais en a égalé son meilleur score en carrière avec ces 17 points à 6 sur 9 aux tirs. Une performance d'autant plus remarquable que le Tricolore aurait pu manquer de rythme après avoir collectionné plusieurs DNP depuis les arrivées de Brendan Haywood et Caron Butler. Mais, fidèle à ses bonnes habitudes, Beaubois a mordu dans la rencontre à pleine dents. JJ Barea a beau avoir été titularisé en lieu et place de Kidd, c'est d'ailleurs bien le jeune rookie français qui prenait le jeu à son compte comme en attestent les 11 points avant la pause. De quoi rassurer son entraîneur Rick Carlisle alors que les Mavericks pourraient bien devoir composer sans Jason Terry, leur sixième homme de luxe. Meilleur marqueur du match avec 26 points, Terry s'est en effet montré décisif dans le dernier quart malgré une sérieuse blessure au visage. La faute à un coup de coude reçu à la face lui ayant valu un oeil tuméfié et, plus inquiétant, une suspection de fracture du nez... Pas suffisant pour remettre en cause, donc, la neuvième victoire de rang des Mavs. Les Wolves ont bien essayé d'en profiter, à l'image de Corey Brewer et Johnny Flinn, respectivement auteurs de 24 et 19 points, mais il en aurait fallu plus pour avoir le dernier mot face à ces Texans. D'autant plus que Dallas peut toujours compter sur l'inévitable Dirk Nowitzki. Le plus souvent maladroit, l'Allemand a retrouvé la réussite au meilleur des moments pour faire la décision. Auteur de 22 points à 6 sur 14, Nowitzki a ainsi inscrit le panier de la victoire dans les ultimes secondes, Dallas l'emportant finalement 112-109. Les Français Si Rodrigue Beaubois a donc été à la fête avec ses 17 points, il n'en a pas été de même pour la plupart de ses compatriotes sur le pont ce mercredi. Après deux dernières sorties marquées du sceau de l'efficacité, Nicolas Batum s'est ainsi montré bien plus discret à l'occasion de la visite des Pacers. La faute, notamment, à une certaine maladresse puisque l'ancien Manceau a cette fois rendu un 2 sur 8 aux tirs pour 5 points, 2 rebonds et 1 passe en 20 minutes. Les Blazers n'en ont pas moins déroulé pour s'imposer sans frayeur 102-79. Autres Tricolore victorieux, Johan Petro et Mickael Pietrus n'ont pas plus affolé les compteurs avec les Nuggets et le Magic. Quoique... Comparés aux DNP auxquels Petro est habitué depuis le début de saison, ses 4 points à 2 sur 3 en 7 minutes constituent forcément une performance... Quant à Pietrius en revanche, malgré un temps de jeu respectable, l'arrière floridien a en effet dû se contenter de ses 7 points à 3 sur 5 aux tirs, 3 rebonds et 3 contres en 24 minutes face aux Warriors. Orlando n'en avait toutefois pas besoin de plus pour passer une soirée des plus paisibles, les derniers finalistes NBA dominant Golden State 117-90. Non que Ronny Turiaf n'est démérité. Dominé au rebond, le Martiniquais a en revanche fait preuve d'une belle efficacité près du cercle avec 13 points à 6 sur 10 aux tirs, 3 rebonds, 2 passes et 2 contres en 23 minutes. Comme son ancien partenaire de l'Insep, Boris Diaw a fait ce qu'il a pu lors de la visite des Bobcats à Boston, mais il aurait finalement fallu bien plus que ses 10 points à 4 sur 6 aux tirs, 5 rebonds et 4 passes en 32 minutes pour permettre à Charlotte de croire en une victoire. Confirmant leurs difficultés à l'extérieur, les Bobcats ont en effet bu la tasse 104-80. Michael Jordan attendra pour décrocher sa première victoire en tant que nouveau propriétaire de la franchise de Caroline du Nord. Enfin dernière mauvaise nouvelle pour le camp tricolore, Joakim Noah en est quitte pour une nouvelle période de repos forcé. Toujours gêné par une inflammation de l'aponévrose de sa voute plantaire, l'intérieur des Bulls sera en effet sur le flanc pour les trois prochaines semaines.