Doussain remplace Skrela

  • A
  • A
Doussain remplace Skrela
Partagez sur :

On ne reverra pas David Skrela évoluer dans la Coupe du monde 2011. C'est la mort dans l'âme que l'ouvreur tricolore, blessé samedi face au Japon, a officialisé ce mercredi, depuis l'hôtel de l'équipe de France, son forfait pour la suite de la compétition. Marc Lièvremont a choisi d'appeler le Toulousain Jean-Marc Doussain pour le suppléer au sein du groupe des trente.

On ne reverra pas David Skrela évoluer dans la Coupe du monde 2011. C'est la mort dans l'âme que l'ouvreur tricolore, blessé samedi face au Japon, a officialisé ce mercredi, depuis l'hôtel de l'équipe de France, son forfait pour la suite de la compétition. Marc Lièvremont a choisi d'appeler le Toulousain Jean-Marc Doussain pour le suppléer au sein du groupe des trente. C'est le visage grave que Marc Lièvremont et David Skrela ont fait leur arrivée ce mercredi midi, à 13 heures, dans le hall de l'hôtel Byron on Spencer, qui sert de salle de presse à l'équipe de France depuis le début de cette Coupe du monde. Des mines de circonstance puisqu'il n'y aura pas de miracle pour l'ouvreur tricolore qui, quatre jours après sa blessure contractée à l'épaule face au Japon - entré en seconde période, il ne sera resté en jeu que dix minutes- a dû se résoudre à déclarer forfait pour la suite de la compétition. "Nous avons décidé mardi matin que David ne pouvait plus être compétitif avec nous suite à sa blessure de samedi. Après quelques jours de réflexion et la consultation de plusieurs experts français quant à la nature de cette blessure, il y a la confirmation que sa blessure nécessite plusieurs semaines d'indisponibilité." Victime d'un pincement du nerf circonflexe sur l'une de ses deux épaules déjà opérées, Skrela est hors course. Une décision qu'un médecin-expert de l'IRB a validé, selon le règlement en vigueur de le Rugby World Cup. Novès impose ses conditions Skrela est maudit, lui qui à 32 ans et comme plusieurs autres coéquipiers au sein de cette équipe de France, disputait sa dernière Coupe du monde. "Je suis déçu de partir après deux mois de préparation", a lâché le joueur d'une voix blanche, et visiblement ému, face aux médias accourus. Ça fait partie des aléas du sport, même si c'est un gros coup dur. J'espère revenir vite et retrouver le terrain avec mon club. Clermont, où l'attend une nouvelle aventure, qui attendra qu'il retrouve la complète maîtrise de ses moyens physiques. Sa valise est déjà faite puisqu'il s'envolera dès jeudi, de retour vers Paris, pour un nouveau long périple... Dans la foulée, le sélectionneur tricolore annonçait le nom de son remplaçant. A 20 ans, l'Espoir toulousain Jean-Marc Doussain, polyvalent à la charnière, jamais appelé en équipe de France, mais qui figurait sur la liste des joueurs cachés soumise à l'IRB, au même titre que le Racingman Jonathan Wisniewski, avec lequel il était en balance, va s'envoler pour la Nouvelle-Zélande. "Deux ou trois joueurs postulaient et Jean-Marc à la faveur de sa bonne fin de saison avec son club et d'une bonne Coupe du monde avec les moins de vingt ans a été notre choix prioritaire, explique Marc Lièvremont. Sa polyvalence peut être un atout, mais c'est aussi à mon sens sa capacité à jouer au plus haut niveau. C'est vraiment un joueur qui m'avait tapé dans l'oeil la saison passée, malgré sa jeunesse, il a fait preuve de beaucoup de maturité." Un choix toutefois sous conditions puisque le joueur sera laissé à la disposition de son club, qui accueille Biarritz ce week-end en championnat -Doussain devrait évoluer en n°9-, et n'est pas attendu à Takapuna avant mardi prochain. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce renfort, loin d'être acquis, a fait l'objet d'une négociation pied à pied entre le manager Jo Maso et Guy Novès. On mesurera au passage le poids de la Fédération française (FFR) incapable d'imposer une sélection en urgence. "Je ne rentrerai pas dans ce débat-là. Il y a des accords, a immédiatement freiné Lièvremont des quatre fers lorsqu'il fut lancé sur le sujet... Je crois que par correction, il était normal que Jo Maso prévienne le club concerné. Je n'ai pas à rentrer dans ce type de polémiques, même si l'idéal aurait été qu'il soit là dès ce week-end. Il sera difficile pour lui d'être sur la feuille de match le week-end prochain." Un certain amateurisme, qui n'étonne plus vraiment en vérité, aura accompagné la gestion de ce dossier, à l'image de ces quatre jours au cours desquels le staff tricolore a souhaité se laisser du temps. Et réduit Lièvremont à croiser les doigts: " J'espère qu'on n'aura pas d'autres blessés face au Canada."