Douchez: "Une concurrence saine"

  • A
  • A
Douchez: "Une concurrence saine"
Partagez sur :

Après deux rencontres sans victoire en Ligue Europa, le PSG attaque les matches retour de la phase de poules jeudi avec la réception du Slovan Bratislava. Doublure de Salvatore Sirigu en Ligue 1, Nicolas Douchez compte bien profiter de l'occasion pour se mettre en valeur et aider son club à faire un pas important vers la qualification pour les seizièmes de finale.

Après deux rencontres sans victoire en Ligue Europa, le PSG attaque les matches retour de la phase de poules jeudi avec la réception du Slovan Bratislava. Doublure de Salvatore Sirigu en Ligue 1, Nicolas Douchez compte bien profiter de l'occasion pour se mettre en valeur et aider son club à faire un pas important vers la qualification pour les seizièmes de finale. Nicolas, un mot sur votre concurrence avec Salvatore Sirigu. Comment la vivez-vous dans l'optique des prochains matches ? De façon positive. Il y a eu beaucoup de choses dites, écrites sur ma concurrence avec Salvatore, mais elle est saine. Il n'y a rien de compliqué dans notre relation. Elle se simplifie même, car il y a de moins en moins la barrière de la langue. Ça se passe du mieux possible. Vous êtes titulaire en Ligue Europa. N'est-ce pas difficile d'appréhender ces rencontres lorsque l'on ne joue pas régulièrement ? Je ne les appréhende pas du tout, je les attends même avec impatience. Ce sont de belles rencontres à jouer. J'ai hâte à chaque fois d'être sur le terrain pour retrouver mes sensations. C'est ce qui manque le plus quand on joue moins. Mais j'ai beaucoup de plaisir à les aborder. On a l'impression que votre équipe est plus performante en championnat qu'en Ligue Europa. Faites-vous le même constat ? Ce n'est pas évident à expliquer mais les deux derniers matches, on ne les a pas finis à onze. Ce sont deux compétitions différentes, donc il y a forcément deux approches différentes. Ce ne sont pas les mêmes adversaires. Mais il n'y a pas d'inquiétude, si on parvient à être efficaces dans les deux zones de vérité, on se qualifiera. Vous recevez le Slovan Bratislava. Avez-vous une plus grande obligation de résultat pour ce match que sur les précédents ? A Paris, on a rarement le droit de se trouer. On est à mi-parcours dans cette compétition. Il nous reste deux matches à domicile. Nous devons attaquer la phase retour avec une victoire pour relancer la machine en Coupe d'Europe. "Un engouement énorme autour de nous" Le PSG a été éliminé de la Coupe de la Ligue par Dijon (2-3). Cela vous fait une compétition en moins à jouer. Avez-vous du coup plus de pression en Ligue Europa ? Ça parait logique, mais je n'imagine pas que l'on soit aussi éliminés en Ligue Europa. On est encore bien placés. A titre personnel, je profite de la chance qui m'est offerte par le coach de jouer cette compétition. Je veux la poursuivre le plus longtemps possible. Je vais essayer de faire le nécessaire et trouver les mots pour convaincre mes partenaires d'essayer d'aller le plus loin possible. Vous attendez-vous à un match comme à l'aller face à Bratislava ? Au match aller, on découvrait cette équipe. On avait vu quelques images, mais c'est toujours mieux d'avoir un visu pour se donner une idée de l'adversaire. On sait que l'on peut les battre. Nous avons eu beaucoup d'occasions à l'aller, mais on sait aussi qu'il faudra rester vigilant. Ils sont capables d'aller vite en contre-attaque. Quoiqu'il en soit, on a l'équipe pour les battre. Un mot sur l'ambiance du Parc des Princes cette saison ? C'est magnifique de voir un stade plein à chaque match en championnat, mais de voir aussi que les supporters se mobilisent le jeudi soir pour la Ligue Europa. C'est vrai que l'an dernier, quand j'étais venu avec Rennes, il y avait moins de monde. Avec tout ce qu'il se passe dans le club, il y a un engouement énorme autour de nous. Il y a beaucoup d'attentes, mais aussi une belle cohésion qui est en train de se former avec les supporters.