Dortmund reprend son bien

  • A
  • A
Dortmund reprend son bien
Partagez sur :

Le choc de la dixième journée de Bundesliga voyait Mayence, surprenant leader, accueillir dimanche Dortmund, son dauphin. Une affiche de rêve entre deux équipes joueuses et qui a vu le Borussia s'imposer (2-0), reprenant ainsi sa place de leader du championnat. Une compétition clairement dominée par ces deux formations, le troisième étant déjà relégué à six points de Mayence.

Le choc de la dixième journée de Bundesliga voyait Mayence, surprenant leader, accueillir dimanche Dortmund, son dauphin. Une affiche de rêve entre deux équipes joueuses et qui a vu le Borussia s'imposer (2-0), reprenant ainsi sa place de leader du championnat. Une compétition clairement dominée par ces deux formations, le troisième étant déjà relégué à six points de Mayence. Un duel. Cette saison, le titre en Bundesliga pourrait bien se jouer entre deux équipes seulement. Non pas le Bayern Munich ou Schalke 04, habituels prétendants au titre outre-Rhin, mais bien Mayence et Dortmund, à savoir la surprise de ce début de saison et un grand club à la poursuite de son passé, souvent glorieux. Car pendant que Munich et Schalke s'embourbaient dans un début de saison bien décevant, Mayence et Dortmund alignaient les victoires, à savoir sept pour Dortmund et huit pour le FSV, en neuf journées, qui leur permettaient de compter respectivement quatre et six points d'avance sur le troisième, le Bayer Leverkusen, avant cette affiche. Ces six points d'avance sur le dernier occupant du podium, Mayence les possède toujours en ce dimanche soir. Ce sera sa seule consolation après la défaite (2-0) concédée à domicile face à son dauphin. Jamais, au cours notamment d'une première période légèrement décevante, le club rhénan n'aura su développer son jeu habituellement séduisant, porté vers l'avant. La faute à une opposition jaune et noire solide, appliquant à merveille le système tactique mis en place par Jürgen Klopp. Par deux fois, Wetklo voit le ballon passer à quelques centimètres de ses montants, la première sur un ballon piqué de Barrios (14e), la seconde sur un mauvais contrôle de sa part, qui aurait pu valoir au gardien mayençais l'oscar du but le plus bête de la journée outre-Rhin. Deux avertissements sans frais, mal reçus par Bungerts qui commet une horrible faute de relance qui profite à Götze pour l'ouverture du score (1-0, 26e). Un joli but pour le grand espoir du Borussia, qui laisse Mayence étrangement sans réaction. Pire, Wetklo sauve les siens (34e) du break sur une frappe énorme de Grosskreutz à dix minutes de la pause. Comme attendu, le discours de Thomas Tuchel réveille ses joueurs, qui rentrant dans la seconde période avec un appétit bien plus aiguisé, entraînant derrière eux le public du Bruchwegstadion jusque là bien timide. Deux minutes après le retour des vestiaires, Allagui accélère côté gauche, il entre dans la surface et se fait faucher par Subotic. Penalty. Le public s'apprête à entonner joyeusement la désormais célèbre Narrhallamarsch, qui marque chaque but inscrit par les joueurs de Mayence, mais le tir de Polanski est superbement détourné par Weidenfeller, qui confirme là son statut de meilleur gardien actuel de la Bundesliga. Dortmund, prétendant plus que crédible Mayence ne se décourage pas mais les frappes de Holtby (54e), Polanski (57e) et Allagui (61e) fuient le cadre. Le Borussia a laissé passer l'orage, faisant valoir sa plus grande expérience des matches au sommet, et repart à l'attaque. Kagawa allume une première mèche, magnifiquement sortie de sa lucarne par Wetklo (64e). Le gardien mayençais doit toutefois s'incliner une seconde fois face à Barrios quelques minutes plus tard, idéalement servi par Götze (2-0, 67e). Mayence concède sa deuxième défaite de la saison sur ses terres, après son accroc face à Hambourg (0-1), lors de la huitième journée. Le Borussia reprend pour sa part la tête de la Bundesliga, un fait plus que normal au regard de ses statistiques, qui en font la meilleure attaque et la meilleure défense. Plus les journées passent, et plus l'équipe de Jürgen Klopp s'affirme comme un prétendant sérieux au titre en fin de saison. Ce n'est pas le Bayern, relégué à dix points, qui osera dire le contraire après presque un tiers de compétition.