Dortmund ne lâchera rien

  • A
  • A
Dortmund ne lâchera rien
Partagez sur :

Dominateurs mais inefficaces jusque dans les toutes dernières minutes, les joueurs du Borussia Dortmund ont fini par arracher un nul mérité face à Arsenal mardi soir (1-1). Un résultat finalement pas si illogique que cela entre deux formations qui se cherchent encore depuis le début de saison, et qui promet un beau suspense dans ce groupe F de Ligue des champions dont l'OM a pris la tête.

Dominateurs mais inefficaces jusque dans les toutes dernières minutes, les joueurs du Borussia Dortmund ont fini par arracher un nul mérité face à Arsenal mardi soir (1-1). Un résultat finalement pas si illogique que cela entre deux formations qui se cherchent encore depuis le début de saison, et qui promet un beau suspense dans ce groupe F de Ligue des champions dont l'OM a pris la tête. Le jeu, rien que le jeu. Entre deux formations qui peinent dans leurs championnats respectifs mais qui étaient jusqu'alors réputées pour leur volonté de pratiquer un football d'une qualité certaine, le spectacle se devait d'être au rendez-vous entre ces futurs adversaires de l'Olympique de Marseille au sein de ce Groupe F de la Ligue des champions. Et cet alléchant affrontement entre le Borussia Dortmund et Arsenal n'a pas déçu, avec un scénario qui a tenu l'ancien Westfalenstadion en haleine jusque dans les toutes dernières minutes. De retour dans une Ligue des champions qu'ils retrouvaient après huit longues années d'absence, les champions d'Allemagne auront globalement dominé les débats mais cruellement manqué d'efficacité dans le dernier geste jusqu'au chef d'oeuvre d'Ivan Perisic, qui a libéré tout un stade d'une incroyable frappe du gauche en lucarne à quelques instants du coup de sifflet final (1-1, 88e). Une vraie désillusion pour les Gunners, qui pensaient bien tenir une précieuse victoire depuis l'ouverture du score, contre le cours du jeu, de Robin van Persie - du droit - juste avant la pause (0-1, 44e). Au bonheur de l'OM Avec leur prodige Mario Götze de retour mais toujours sans leur buteur Lucas Barrios, les champions d'Allemagne n'ont pas su se montrer décisifs, à l'image de cette première et énorme opportunité pour Robert Lewandowski, que Bacary Sagna sauve sur sa ligne en suppléant parfaitement son portier (12e). Du côté des Gunners, Yossi Benayoun, cantonné dans un poste de milieu relayeur en raison des absences de Jack Wilshere, Abou Diaby et autres Aaron Ramsey, n'a pas vraiment séduit, au contraire des autres dernières recrues londoniennes, Mikel Arteta et Per Mertesacker. Autre renfort estival, Gervinho a lui peiné pour exister, comme sur ce duel perdu face à Roman Weidenfeller (6e). L'une des rares occasions en faveur des visiteurs dans un premier acte qu'ils parviennent tout de même à clôturer, à l'expérience, avec un but d'avance. Un signe que cette 14e participation consécutive à la reine des compétitions européennes est tout sauf un hasard pour des Canonniers qui vont pourtant se mettre à reculer de plus en plus, notamment devant les coups de boutoir de Götze (54e, 68e), qui, trop seul, ne parvient toutefois pas à trouver la cible. Szczesny, un peu chanceux, réalise ensuite un exploit devant Subotic (80e), mais ne peut en revanche rien face au jeune croate, et éphémère Sochalien, Peritic (1-1, 88e). Un résultat nul qui fait le bonheur de l'OM, vainqueur 1-0 au Pirée, avant une deuxième journée qui verra les champions d'Allemagne se déplacer au Vélodrome alors que les hommes d'Arsène Wenger, qui purgeait en tribunes le premier de ses deux matches de suspension, accueilleront eux l'Olympiakos. Ça promet.