Donald, le Gripsou

  • A
  • A
Donald, le Gripsou
Partagez sur :

Luke Donald est entré dans l'histoire du golf. L'Anglais, n°1 mondial, est devenu dimanche le premier joueur à achever une saison en tête des deux classements des gains, sur le circuit européen et le circuit PGA. Troisième du Dubaï World Championship, à trois coups du vainqueur Alvaro Quiros, Donald n'était plus menacé par Rory McIlroy, onzième de l'épreuve.

Luke Donald est entré dans l'histoire du golf. L'Anglais, n°1 mondial, est devenu dimanche le premier joueur à achever une saison en tête des deux classements des gains, sur le circuit européen et le circuit PGA. Troisième du Dubaï World Championship, à trois coups du vainqueur Alvaro Quiros, Donald n'était plus menacé par Rory McIlroy, onzième de l'épreuve. Après dix années de carrière, le voilà déjà au sommet du golf mondial. Luke Donald, 34 ans, a réussi là où tout le monde a échoué avant lui, c'est-à-dire terminer en tête des classements des gains européen et américain. Une première dans l'histoire du golf donc pour l'Anglais, jamais titré en Grand Chelem, mais ultra régulier dans ses performances en 2011, une année exceptionnelle pour lui. "Je suis extrêmement fier, a reconnu Donald sur le site Internet de l'European Tour. C'est quelque chose à laquelle j'ai pensé pendant toute la deuxième moitié de saison. Je ne pensais pas qu'il était possible de gagner ces deux "courses". Ça n'a pas été une semaine facile mais elle couronne une année incroyable pour moi." Vainqueur de quatre tournois, il a aussi accédé à la première place mondiale. Pourtant, Donald n'a pas gagné ce week-end. C'est Alvaro Quiros qui a remporté le Dubaï World Championship, dernier tournoi de la saison. Mais le succès de l'Espagnol, très costaud tout au long du week-end après un départ délicat, a forcément été éclipsé par le duel à distance que se livraient le n°1 mondial et Rory McIlroy, le seul à pouvoir encore le déloger de la première place du classement européen. Pour cela, le Nord-Irlandais devait au minimum s'imposer, mais affaibli par un virus, il a dû se contenter de la onzième place finale, à dix coups du vainqueur. "Je n'ai pas vraiment regardé le leaderboard jusqu'au 13e trou, a raconté Donald. Mais je n'ai pas vu le nom de Rory. J'ai donc compris que j'avais réussi." L'Anglais a d'ailleurs terminé très fort en remontant à la troisième place, trois coups derrière Quiros. Au total cette saison, en comptant ses gains sur les circuits européen et PGA, Donald a empoché environ 10 millions d'euros. Une belle somme qu'il doit en partie à ses quatre victoires: le championnat du monde de match-play en février, le BMW Championship en mai (à l'issue duquel il est devenu n°1 mondial), l'Open d'Ecosse en juillet et le Children's Miracle Network Classic en octobre. Interrogé après sa troisième place à Dubaï, l'Anglais a un petit mot pour son père, décédé subitement il y a un mois. "Il aurait été très fier de moi. En fin de parcours, j'ai souvent pensé à lui." Donald est entré dans l'histoire, mais son père n'était pas là pour le voir. Voici le top 10 du Dubai World Championship à l'issue du 4e et dernier tour: 1. Alvaro Quiros (ESP) 269 (68 + 64 + 70 + 67) 2. Paul Lawrie (ECO) 271 (65 + 73 + 66 + 67) 3. Luke Donald (ANG) 272 (72 + 68 + 66 + 66) 4. Peter Hanson (SUE) 274 (64 + 72 + 71 + 67) 5. Charl Schwartzel (AFS) 275 (69 + 71 + 68 + 67) 6. Francesco Molinari (ITA) 276 (71 + 68 + 68 + 69) Louis Oosthuizen (AFS) 276 (72 + 67 + 66 + 71) 8. Robert Rock (ANG) 277 (68 + 69 + 71 + 69) Shane Lowry (IRL) 277 (69 + 70 + 68 + 70) 10. Pablo Larrazabal (ESP) 278 (71 + 68 + 70 + 69) ... 29. Grégory Bourdy (FRA) 285 (70 + 73 + 71 + 71) 42. Thomas Levet (FRA) 288 (70 + 75 + 69 + 74) 48. Grégory Havret (FRA) 292 (72 + 72 + 72 + 76) Raphaël Jacquelin (FRA) 292 (74 + 67 + 74 + 77)