Domingo, adieu Mondial ?

  • A
  • A
Domingo, adieu Mondial ?
Partagez sur :

La réaction d'orgueil de l'ASM samedi face à Biarritz (41-13), qui permet au champion de France en titre de faire son retour dans le Top 6 du classement, a été ternie par la blessure de Thomas Domingo. Touché au genou droit, le pilier international souffre d'une rupture du ligament croisé antérieur qui met fin à sa saison et compromet ses chances de disputer la Coupe du monde.

La réaction d'orgueil de l'ASM samedi face à Biarritz (41-13), qui permet au champion de France en titre de faire son retour dans le Top 6 du classement, a été ternie par la blessure de Thomas Domingo. Touché au genou droit, le pilier international souffre d'une rupture du ligament croisé antérieur qui met fin à sa saison et compromet ses chances de disputer la Coupe du monde. Tous les sélectionneurs n'ont pas la chance d'Andy Robinson, en charge du XV de l'Ecosse, autorisé dès aujourd'hui à mettre cinq de ses internationaux, et non des moindres (Jacobsen, le Ford, Barclay, Gray et Kellock), au repos forcé en vue de la Coupe du monde. Marc Lièvremont est de ceux qui, jusqu'à la fin de la saison de clubs, vont trembler jusqu'au bout à l'idée de perdre des éléments clés sur la route de la Nouvelle-Zélande. A bientôt un mois de l'annonce du groupe retenu pour le Mondial, le sélectionneur du XV de France risque de devoir se passer de Thomas Domingo. Le pilier gauche de Clermont, qui s'est installé en première ligne de l'équipe de France depuis la grave blessure du Biarrot Fabien Barcella, a en effet quitté samedi la pelouse de Marcel-Michel, où son équipe a relevé la tête face au BO (41-13), en boitant bas. Touché au genou droit sur une tentative de crochet, l'international auvergnat (10 sélections) ne se faisait guère d'illusions à sa sortie du terrain. "J'ai entendu deux cracs", lâchait le malheureux devant la caméra de Canal+ sans pouvoir être plus précis sur la nature de sa blessure : "Pour le moment, on ne sait pas." Les résultats des examens ont été officialisés dimanche matin par le club auvergnat et sont sans appel: rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, synonyme d'opération et de plusieurs mois d'indisponibilité. Un verdict qui met évidemment fin à sa saison alors que l'ASM n'a pas perdu espoir de conserver son titre mais compromet surtout ses chances de disputer la Coupe du monde. Le coup est rude pour l'intéressé mais aussi pour l'équipe de France, dont les seules certitudes reposent à l'heure actuelle sur sa mêlée. S'il fallait le remplacer, Jérôme Schuster, Sylvain Marconnet et Luc Ducalcon tiendraient logiquement la corde, plus que Barcella qui n'est toujours pas revenu de sa blessure au tendon d'Achille.