Domenech met les choses au point

  • A
  • A
Domenech met les choses au point
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Le sélectionneur a donné quelques réponses sur ce drôle de week-end.

EQUIPE DE FRANCE - Le sélectionneur a donné quelques réponses sur ce drôle de week-end.Raymond Domenech est arrivé seul, lundi, à Bloemfontein, pour la conférence de presse d'avant-match du France-Afrique du Sud de mardi. Patrice Evra, le capitaine de cette équipe de France en perdition, n'était donc pas là, contrairement à ce qu'exige le règlement de la Fifa. Un choix, semble-t-il, du sélectionneur. Ce dernier a ensuite débuté son intervention par deux mises au point. La première concernait l'exclusion de Nicolas Anelka. "Je tiens à préciser, la sanction qui a été prise contre Anelka est justifiée. Je soutiens la Fédé dans sa décision, personne ne doit agir comme cela", a ainsi commencé Domenech, qui en a profité pour également critiquer la une de L'Equipe, samedi qui titrait explicitement sur les mots de l'attaquant : "Je ne cautionne pas le titre et ce qu'y a été mis dans les journaux [...] notamment ce qui a été mis en Une d'un quotidien national".Autre sujet du week-end abordé par le technicien, le refus des joueurs de s'entraîner, dimanche, et sa décision de venir lire le communiqué de son effectif devant la presse. "Ça faisait 45 minutes que j'essayais de les convaincre que c'était une imbécilité, une aberration, une stupidité. Puis il fallait arrêter la mascarade, les Français et tous les gens avaient le droit de savoir. J'ai pris le papier, et je suis allé le lire. Ce que j'aurai dû ajouter, c'est qu'en aucune manière je ne cautionne ce comportement et ces attitudes"."Plus les paroles, il n'y aura que les actes"Enfin, les journalistes ont pu poser des questions, auxquelles Raymond Domenech a répondu en préférant orienter toutes ses réponses vers le match du lendemain. Une rencontre face aux Bafana Bafana qu'il a tout d'abord estimé être "difficile à préparer. Ils ont laissé beaucoup d'énergie en dehors du sport". Mais, désormais, ce ne sont "plus les paroles, il n'y aura que les actes", précise le sélectionneur avant de mettre ses joueurs devant leurs responsabilités : "à eux de montrer sur le terrain qu'ils se sont rendus compte".Au sujet de la composition d'équipe, pour ce qui pourrait être son dernier match à la tête des Bleus, l'entraîneur tricolore concède que certains joueurs n'ont peut-être plus envie de jouer : "C'est une possibilité que l'on va finaliser ce soir avec le staff". Pour les titulaires qu'il alignera, il n'a "aucune inquiétude, leur motivation sera pleine et entière". Pour ce qui est du bilan, "ce n'est pas le moment, la réponse des joueurs sera sur le terrain".