Domenech et la FFF : le match continue

  • A
  • A
Domenech et la FFF : le match continue
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ex-sélectionneur des Bleus et la FFF vont se retrouver pour une audience de conciliation.

L’arbitre n’a pas encore sifflé la fin du match et Raymond Domenech n’est pas prêt de baisser les armes. Le 14 avril 2011, il retrouvera la Fédération française de football (FFF), qui l’a licencié pour faute grave en septembre, pour une audience de conciliation.

Cette audience est la première étape d’une procédure devant le Conseil des prud’hommes de Paris. Pour ne pas aller jusqu'au jugement, les deux parties devront se mettre d’accord.

2,9 millions d'euros

L’ancien coach des Bleus réclame toujours 2,9 millions d’euros à la FFF. Son avocat, Me Jean-Yves Connesson, a fait le calcul : "nous réclamons 2,9 millions d'euros, en deux blocs, un premier au titre des indemnités de licenciement - 400.000 euros avec des rappels de salaire - et un second au titre de réparation du préjudice professionnel et moral, évalué à trois ans de salaire".

De son côté, la FFF n’est pas prête à rendre la partie aussi facile à Domenech. Fernand Duchaussoy, le président par intérim de la FFF, avait jugé il y a un mois que "le montant des prétentions de M. Domenech en matière d'indemnisation" était "extravagant et constituait une provocation de plus de la part de l'intéressé".

Interrogé sur cette audience de conciliation du 14 avril, le président de la "3F" a indiqué mercredi qu'il n'avait pas "de souhaits ou d'attentes particulières". "Ce sont des procédures assez classiques. C'est une étape imposée, quelque chose d'obligatoire. Ce n'est pas nous qui l'avons demandé", a-t-il précisé.

Société de gestion de crise

Raymond Domenech veut aller jusqu’au bout de son combat. Il a même loué les services d’une société de gestion et de communication de crise pour ne "plus voir son nom et son image instrumentalisés".

La société "Laminak Conseil" est donc chargée de défendre Raymond Domenech contre les moindres accusations de ses anciens employeurs. Est-ce la même société qui lui a conseillé de jouer dans une pub le mois dernier ?