Domenech: "Ce sont les barrages qui comptent"

  • A
  • A
Domenech: "Ce sont les barrages qui comptent"
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Raymond Domenech ne sait pas encore s'il va faire souffler ses cadres ou préserver la dynamique actuelle de l'équipe face à l'Autriche.

Assurée d'être barragiste, l'équipe de France affronte l'Autriche mercredi au Stade de France, pour son dernier match des éliminatoires de la Coupe du monde 2010. A la veille de cette rencontre, Raymond Domenech a confié à la presse qu'il hésitait encore entre poursuivre sur la même dynamique et faire souffler ses cadres.Vous étiez en phase de réflexion samedi pour savoir qui allait jouer face à l'Autriche. Qu'en est-il aujourd'hui ?Ma réflexion a avancé, mais elle n'est pas encore conclue. Les choix à faire restent les mêmes. Je n'ai pas encore répondu à toutes les questions. Il y a encore un entraînement. On va voir comment ça se passe. Deux stratégies complètement différentes s'offrent à moi. Avec des plus, des moins. L'idée, c'est de garder à l'esprit que ce sont les barrages qui comptent. Il n'y a aucune vérité absolue. Etes-vous davantage préoccupé par la gestion des temps de jeu ou des cartons ?Le temps de jeu me préoccupe toujours plus que la gestion des cartons. Les cartons, on ne peut pas y faire grand-chose alors que les temps de jeu sont à maîtriser, à régler. Les joueurs qui jouent la Ligue des champions avec leur club vont être amenés à jouer tous les trois jours jusqu'aux barrages. A nous d'essayer les soulager un peu, autant que possible... Certains joueurs ne vous ont-ils pas demandé de souffler ?Je ne vois pas comment ça pourrait arriver. Ils veulent tous jouer. Et puis, si certains étaient venus me demander de ne pas jouer ça m'aurait bien arrangé. Seulement, ça n'arrive pas en équipe de France !"Cette équipe de France a besoin de se faire"Qu'attendez-vous du match de mercredi dans la perspective des barrages ? On connaît les Autrichiens, ce ne sera pas un match facile. On a quatre joueurs sous le coup d'une suspension, les quatre défenseurs. Si on veut attaquer les barrages dans les meilleures conditions, il faut être présent sur ce match. Après, ça ne sert à rien de tester quelque chose aujourd'hui, si vous ne vous en servez pas pour le prochain match. Qui sera dans les buts de l'équipe de France mercredi ?Je n'ai pas encore arrêté mon choix sur le sujet. Il n'y a aucune certitude sur celui qui jouera mercredi et ensuite aux barrages. Bruno (Martini, ndlr) ne m'a rien dit...En un an, depuis la défaite en Autriche, qu'est-ce qui a changé dans cette équipe ?La même question a été posée dernièrement à l'entraîneur de Bordeaux, Laurent Blanc, et je répondrai la même chose que lui: "un an". Une équipe, en un an, ça grandit, ça progresse, ça mûrit. Toutes les équipes qui en ont le talent, la qualité et l'envie progressent forcément. C'est encore plus vrai en sélection. Cette équipe de France a besoin de se faire et elle est en train de se faire ! Etes-vous sensible à l'appel de David Trezeguet qui s'est dit prêt à aider pour les barrages ?J'aime bien quand les joueurs veulent venir en équipe de France. Je trouve que c'est sain, que c'est bien d'entendre un tel discours. Appréhendez-vous votre retour au Stade de France ?Absolument pas ! C'est vrai que nous avons reçu un accueil formidable à Guingamp mais je pense que lorsque l'équipe de France joue comme elle le fait en ce moment, elle ne peut qu'avoir son public derrière elle...