Djokovic: "Vous devez croire en vous"

  • A
  • A
Djokovic: "Vous devez croire en vous"
Partagez sur :

Novak Djokovic est sorti vainqueur du formidable duel qu'il a livré dimanche contre Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Miami, s'imposant 4-6, 6-3, 7-6 en 3h21 de jeu. "C'était une superbe finale, un grand succès pour moi", commente le Serbe qui remporte ainsi son quatrième trophée de l'année et reste invaincu en 2011 (24 victoires consécutives).

Novak Djokovic est sorti vainqueur du formidable duel qu'il a livré dimanche contre Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Miami, s'imposant 4-6, 6-3, 7-6 en 3h21 de jeu. "C'était une superbe finale, un grand succès pour moi", commente le Serbe qui remporte ainsi son quatrième trophée de l'année et reste invaincu en 2011 (24 victoires consécutives). Novak, comment avez-vous réussi à retourner la situation ? C'est l'une des plus belles finales que j'ai disputée. Je suis content d'avoir été capable de gagner contre un grand champion comme Nadal et surtout à ce stade de la compétition, quand il joue à son meilleur niveau. Je pense que nous avons produit un tennis de haut niveau et que tout le monde a apprécié. C'était vraiment serré, et jusqu'au dernier point, il était impossible de prédire comment cela allait se terminer. Il a mieux débuté la rencontre, je commettait trop de fautes directes et après une demi-heure de jeu, il avait déjà deux breaks d'avance. J'ai commencé à mieux jouer à partir de la fin de la première manche et cela m'a permis de bien débuter le deuxième set. A partir de là, j'ai fait beaucoup de points gagnants et j'ai diminué mon nombre d'erreurs. Je voulais qu'il joue toujours un coup supplémentaire, ne pas lui donner de points gratuits. J'ai essayé d'en obtenir grâce à mon service mais je n'y suis pas parvenu souvent. Nous avons dû tous les deux beaucoup travailler pour gagner nos points. C'était une superbe finale. Vous sembliez fatigué à la fin du match. Pourquoi avoir autant échangé avec votre clan ? Vous savez, c'était intense. Je suis un joueur émotif et je montre mes émotions sur le court. Cela fait partie de moi et c'est pour cela que je me tourne souvent vers mes proches. Il ne peuvent pas faire grand chose pour moi mais cela me permet de me reconcentrer et d'évacuer ma frustration. Tous les jeux du troisième set ont vraiment été serrés, j'ai eu beaucoup d'opportunités sur son service dans le troisième set et lui aussi sur le mien. J'ai vraiment eu de la chance de sortir vainqueur de ce match. C'est pour jouer des matches comme celui-ci que je fais ce sport. Jouer une finale de 3h30 contre le meilleur joueur du monde, c'est un grand succès pour moi. Je suis très fier de ma performance. "Les quatre meilleurs mois de ma vie" Votre victoire contre lui à Indian Wells il y a deux semaines vous a-t-elle aidé lors de cette finale ? Cette rencontre à Indian Wells n'a pas eu beaucoup de conséquences sur ce match, je ne crois pas. Mais le fait de l'avoir battu il y a deux semaines m'a sans doute donné un petit avantage sur le plan mental. Mais à ce niveau, ce sont quelques points qui font la différence. Je savais donc que j'allais devoir jouer à mon meilleur niveau pour avoir la chance de gagner contre Rafa et je pense que c'est ce que j'ai fait, spécialement au cours de la deuxième et la troisième manche. Comment avez-vous géré la chaleur ? Cela s'est remarqué que nous étions plus lents vers la fin de la rencontre. C'était un combat physique et je savais que je devais tenir mon service, l'emmener au tie-break ou me procurer des occasions sur son engagement mais il a bien servi et très bien joué. On était tous les deux forts mentalement sur les points importants. Jusqu'au dernier point, je ne savais pas si j'allais l'emporter. C'était un match incroyable. Vous avez obtenu trois victoires contre Federer cette année et deux contre Nadal. Vous considérez-vous comme le meilleur joueur du monde ? Je sais que j'ai eu le meilleur début de saison. Ce sont les quatre meilleurs mois de ma vie. Mais ce n'est que le début de l'année, c'est un peu prématuré de parler de mon ascension en haut de la hiérarchie. Il y a encore une grande différence de points. Rafa est le meilleur du monde en ce moment. Si je veux avoir la chance de devenir n°1 mondial, je dois bien jouer tout au long de la saison. Nous savons tous que la terre battue est la surface préférée de Nadal, là où il joue son meilleur tennis. Mais les victoires que j'ai eues, cela vont me donner beaucoup de confiance pour la saison sur terre. Cette série de victoires est incroyable mais je veux continuer de m'entraîner dur et avoir plus de succès. Maintenant, ce dont j'ai besoin, c'est de repos parce que ces quatre derniers mois ont été couronnés de succès mais ont été également très fatigants. Je n'ai pas eu beaucoup de réussite l'an passé sur terre battue donc je vais essayer de prendre ma chance cette année. "Federer n'est pas distancé" Cette série de victoires vous surprend-t-elle ? Si vous m'aviez dit que j'allais avoir plus de vingt succès d'affilée au début de l'année, j'aurais signé tout de suite. Je ne m'y attendais pas. J'ai beaucoup travaillé depuis plusieurs mois avec toute mon équipe. On a tout fait pour que je devienne un meilleur joueur physiquement, mentalement et émotionnellement. Je pense l'être désormais. Tout ce travail est récompensé. C'est super et je veux que cela continue. Qu'avez-vous appris de toutes ces victoires ? Honnêtement, rien de spécial. C'est sûr que je ne m'attendais pas à être invaincu à ce stade de la saison. J'ai dédié 100% de mon temps à ce sport. Lorsque j'ai traversé une petite crise l'an dernier pendant six mois, je savais que j'avais le potentiel et les coups, je savais donc que je devais être patient et que mon heure allait arriver. Pensez-vous être différent du joueur que vous étiez il y a deux ou trois ans ? Avec le temps, j'ai acquis plus d'expérience, j'ai maintenant les capacités de me sortir de matches comme celui-ci grâce à mon endurance et aussi parce que je crois en moi. Vous devez croire en vous sur le court. Au final, tout est relié au mental. Nous étions tous les deux bien physiquement mais c'est sûr que notre énergie a baissé au fil du match. Dans ces conditions, contre Rafa qui est un grand champion, tu dois croire en tes chances de l'emporter. J'ai toujours cru en moi. Pensez-vous que Nadal et vous avez fait le trou avec Roger Federer ? Je ne pense pas que Roger soit distancé. Il est toujours là. C'est sûr qu'il veut toujours redevenir n°1 mondial et qu'il a faim de victoires. Il ne va pas abandonner comme ça. Il n'a pas eu le meilleur début de saison possible, mais dans les grands tournois, il était toujours en demi-finale ou en finale. Il sera donc l'un des concurrents à la place de n°1 à la fin de l'année. Bien sûr que Roger et Rafa sont mes deux plus grands rivaux mais d'autres joueurs sont capables de jouer un grand tennis comme Murray, Söderling, Roddick ou les Espagnols. Il ne faut pas les oublier. La saison de terre battue arrive, cela va donc être intéressant de voir qui va se démarquer.