Djokovic: "Un grand exploit"

  • A
  • A
Djokovic: "Un grand exploit"
Partagez sur :

TENNIS: Novak Djokovic est apparu soulagé en conférence de presse après sa victoire en finale du Masters 100 de Paris-Bercy.

Après sa victoire en trois manches en finale du tournoi de Paris-Bercy face au Français, Gaël Monfils, Novak Djokovic est apparu soulagé en conférence de presse, lui qui avait connu quatre revers en finale de Masters 1000 cette saison. Le Serbe est revenu sur sa prestation du jour. Novak, jusqu'où êtes-vous allé chercher cette victoire ?Il a fallu que j'aille au fond de moi-même, j'avais perdu toutes les finales dans les derniers tournois que j'ai joués. Gaël commençait à rentrer dans le rythme de plus en plus, c'était spécial. Il avait un grand soutien de la part du public, je voyais que cela lui donnait plus de motivation et d'énergie, surtout à la fin du match. J'ai essayé de me battre à la fois contre lui et la pression du public. J'ai essayé de rester calme, de ne pas m'énerver. J'ai sorti toutes mes émotions à la fin du match, j'étais content.Vous menez 6-2, 3-0, puis Gaël revient fort. Comment avez-vous fait pour conclure le match ?Je crois que je me suis appuyé sur ma force mentale que j'ai emmagasinée dans les grands tournois. A force de me retrouver dans ce genre de situations, j'ai souvent été mené d'un break, ou au contraire je menais d'un break. Quand on commence à rencontrer ces situations, on acquiert de l'expérience. J'essaie de ne pas m'énerver, de rester concentrer et de jouer chaque point. J'ai obtenu un mini break que j'ai réussi à conserver jusqu'à la fin. Il a été très patient, il jouait intelligemment, il se déplaçait bien. Je crois que le soutien du public a été crucial dans le match aujourd'hui en sa faveur. Cela rend ma victoire encore plus grande à mon avis.Quand le match vous échappait, étiez-vous préoccupé ? Et étiez-vous soulagé sur la balle de match ?C'est vrai que j'étais soulagé parce que j'ai réussi à gagner ce titre après quatre échecs en finale en Masters 1000 cette saison. Et c'est du bonheur parce que j'ai réussi à gagner deux titres d'affilée. J'ai dû beaucoup batailler aujourd'hui, après presque trois heures de match et contre un joueur qui jouait dans son pays. Je prenais les points au fur et à mesure, je ne pensais pas à l'avenir."J'arrive à Londres avec une grande confiance"Après avoir battu Federer à Bâle puis Nadal ici, pensez-vous être dans la peau d'un n°1 mondial ?Non, je ne me sentirais pas n°1 tant que je ne serai pas n°1. Je me trouve en très bonne forme en ce moment, c'est tout. Je me sens en confiance, je ne veux pas gaspiller des tournois, je veux faire de mon mieux à chaque match. Certains pourraient dire que ce n'est pas la bonne préparation pour le Masters de Londres, mais qui sait ce qu'il va se passer dans une semaine ? Aujourd'hui, je suis content d'avoir gagné un grand tournoi, donc deux titres avant la fin de la saison (il a remporté Bâle dimanche dernier, ndlr). J'arrive à Londres avec une grande confiance. La seule question est de savoir si j'arriverai à me reposer physiquement et à reprendre de l'énergie pour ce prochain événement.Qu'est-ce qui est le plus usant ? Gagner un Grand Chelem ou deux tournois en battant les deux premiers mondiaux ?C'est difficile de comparer, les Grands Chelems sont des tournois particuliers, ils durent deux semaines, on joue en cinq sets. Gagner deux titres l'un après l'autre à ce niveau de jeu, pour moi c'est un grand exploit. Si l'on ajoute à cela que j'ai battu le n°1 et le n°2 en plus. Je suis très content de ma performance au cours des quatre ou cinq dernières semaines. C'est peut-être la première ou la deuxième fois que je gagne deux titres d'affilée. Cela me donne encore plus de motivation pour refaire ce type d'exploit à l'avenir."Ma philosophie est de vivre au jour le jour"Pensez-vous que s'imposer à Bercy est la meilleure préparation pour le Masters de Londres ?Il y a différente manière de faire. Ma philosophie est de vivre au jour le jour et de gagner chaque match que je joue. Peu importe ce qu'il va se passer la semaine prochaine. Certains joueurs ont peut-être une optique différente, je la respecte. Chacun a sa propre manière de gérer son métier.Vous avez parlé français sur le court. Pouvez-vous le refaire ?J'ai épuisé tout mon vocabulaire (Rires, ndlr). Sur le court, j'étais concentré, je ne voulais pas faire d'erreur en français. Je crois que j'ai bien parlé, mais je suis encore en train d'apprendre. Je connais beaucoup de mots mais il faut que j'arrive à les rassembler.Un petit mot quand même ?Désolé (en français dans le texte). (Rires, ndlr