Djokovic très loin du compte

  • A
  • A
Djokovic très loin du compte
Partagez sur :

Après Federer, Murray et Del Potro, Novak Djokovic a fait connaissance samedi avec son quatrième bourreau de l'année, loin du pedigree des trois premiers, puisque le Serbe s'est incliné à Bâle face à Kei Nishikori. Le n°1 mondial, de retour à la compétition cette semaine, est apparu emprunté et a complètement lâché prise dans l'ultime manche concédée sans inscrire un seul jeu (2-6, 7-6, 6-0). Le public suisse est privé de la finale rêvée face à Federer, lequel a battu Wawrinka (7-6, 6-2).

Après Federer, Murray et Del Potro, Novak Djokovic a fait connaissance samedi avec son quatrième bourreau de l'année, loin du pedigree des trois premiers, puisque le Serbe s'est incliné à Bâle face à Kei Nishikori. Le n°1 mondial, de retour à la compétition cette semaine, est apparu emprunté et a complètement lâché prise dans l'ultime manche concédée sans inscrire un seul jeu (2-6, 7-6, 6-0). Le public suisse est privé de la finale rêvée face à Federer, lequel a battu Wawrinka (7-6, 6-2). Kei Nishikori pourra s'en vanter lors de ses vieux jours. Le Japonais, 32e mondial cette semaine, aura réussi à battre Novak Djokovic au cours de l'année 2011. A deux tournois de la fin de la saison - le Masters 1000 de Paris-Bercy et le Masters -, ils ne sont que quatre à avoir réussi cette prouesse : Federer, Murray, Del Potro, ces deux derniers sur abandon, et donc Nishikori. Le Nippon a créé une sensation ce samedi à Bâle même si le Serbe, de retour sur le circuit en Suisse après sept semaines de coupure obligatoire afin de soigner son dos, n'avait pas grand-chose à voir avec le joueur lauréat de 10 titres, dont trois levées du Grand Chelem, depuis janvier. Déjà devant Malisse et Baghdatis, "Nole" avait montré des limites dans son jeu, poussé à chaque fois au troisième set. Contre Nishikori, demi-finaliste il y a peu à Shanghai, ses trop nombreuses approximations ne lui ont pas permis de sauver les apparences. Ses douleurs ressenties à l'épaule droite, si elles ne peuvent pas tout expliquer, ne l'ont sans doute pas aidé. Difficile néanmoins de comprendre l'effondrement du Serbe après la perte du deuxième set au tie-break. Beaucoup moins précis que lors de la première manche rapidement bouclée (6-2), le n°1 mondial a fini par relancer un adversaire dépassé en début de parte. Breaké assez vite dans le deuxième acte, Djokovic était parvenu à refaire son retard mais n'a pas su finir dans le tie-break perdu 7 points à 4 (6-7). Entre nonchalance et signes d'usure physique, le meilleur joueur actuel n'a pas combattu dans la manche décisive à sens unique qu'il a concédée sans même inscrire un jeu. Un 6-0 cinglant qui montre bien que le Serbe, comme les autres, a besoin de temps pour revenir à son meilleur niveau après une blessure. Du coup, c'est sur la pointe des pieds qu'il débarquera à Bercy, tournoi qu'il a remporté il y a deux ans. Et à Bâle, le public suisse aura donc été privé de sa finale de rêve Federer-Djokovic, laquelle l'avait séduit en 2009 comme en 2010.