Djokovic ne faiblit pas, lui...

  • A
  • A
Djokovic ne faiblit pas, lui...
Partagez sur :

Au contraire de Nadal, Murray et Federer, tous éliminés, Novak Djokovic tient bien son rang à Montréal. Poussif pendant un set, comme la veille devant Davydenko, le tout nouveau n°1 mondial a franchi l'obstacle Marin Cilic (7-5, 6-2), jeudi, pour se hisser en quarts de finale du Masters 1000 canadien. Tout va bien dans le meilleur des mondes pour "Nole".

Au contraire de Nadal, Murray et Federer, tous éliminés, Novak Djokovic tient bien son rang à Montréal. Poussif pendant un set, comme la veille devant Davydenko, le tout nouveau n°1 mondial a franchi l'obstacle Marin Cilic (7-5, 6-2), jeudi, pour se hisser en quarts de finale du Masters 1000 canadien. Tout va bien dans le meilleur des mondes pour "Nole". Ça roule pour Novak Djokovic. Pour son premier tournoi dans la peau d'un n°1 mondial, le Serbe n'a pas perdu ses bonnes habitudes. A Montréal, le nouveau patron du circuit a gagné ses deux premiers matches, les 51e et 52e de l'année, pour rallier les quarts de finale. Quand ses trois plus proches poursuivants, Rafael Nadal, Andy Murray et Roger Federer, se prennent les pieds dans le tapis au Canada, lui continue de laminer ses adversaires les uns après les autres. Pour son premier match depuis Wimbledon, Djokovic était apparu un peu emprunté en début de partie, hier, face à Nikolay Davydenko. Mené 4-1, et double breaké, il avait su retomber sur ses pieds et même éviter la perte de la première manche (7-5, 6-1). "Je n'avais pas joué depuis un mois et avec le changement de surface de jeu, j'ai mis du temps à trouver mes repères", avait-il constaté après coup. Jeudi, sur le même court central, "Nole" l'a encore joué diesel face à Marin Cilic. Et le résultat fut le même. Injouable au deuxième set Un premier set sans fulgurance que le Serbe empochait sur la première balle de break du match, au moment le plus opportun (7-5). Son adversaire, qui avait de quoi rager d'avoir cédé au plus mauvais moment, n'allait pas s'en remettre, d'autant plus que Djokovic passait la vitesse supérieure dans la seconde manche. Redevenu le "Djoker" de 2011, l'homme aux huit titres cette année variait le jeu à sa guise. Tout y passait, grandes gifles du fond du court, amorties millimétrées, petites volées déposées. Cilic avait beau frapper de plus en plus fort, tout lui revenait. Après une petite alerte dans le premier jeu, au cours duquel il écartait trois balles de break, le Serbe s'envolait au score. 3-1, puis 5-2, il concluait sur une vilaine double faute du Croate, tombeur la veille de Del Potro (6-2). Et voilà comment Djokovic reste en lice pour décrocher un cinquième Masters 1000 cette saison, ce qu'aucun joueur n'a jamais réussi à faire.