Djokovic, le réveil doit sonner

  • A
  • A
Djokovic, le réveil doit sonner
Partagez sur :

En difficulté depuis le début du Masters de Londres, Novak Djokovic joue sa place en demi-finales vendredi contre Janko Tipsarevic. Le n°1 mondial, sans doute lassé après une longue saison, retrouverait Roger Federer samedi en cas de qualification. Mais son niveau de jeu actuel ne lui offre aucune marge, alors que Tomas Berdych, opposé à David Ferrer, vise lui aussi un billet pour le dernier carré.

En difficulté depuis le début du Masters de Londres, Novak Djokovic joue sa place en demi-finales vendredi contre Janko Tipsarevic. Le n°1 mondial, sans doute lassé après une longue saison, retrouverait Roger Federer samedi en cas de qualification. Mais son niveau de jeu actuel ne lui offre aucune marge, alors que Tomas Berdych, opposé à David Ferrer, vise lui aussi un billet pour le dernier carré. L'heure a sonné pour Novak Djokovic. Celle de jouer sa survie au Masters de Londres avec un troisième match ce vendredi contre Janko Tipsarevic, le remplaçant d'Andy Murray. Celle aussi de se réveiller et de retrouver un peu de la flamme qui l'animait jusqu'en septembre. Car depuis l'US Open, l'automne du Serbe ne ressemble pas à grand-chose, entre forfaits, abandons et une certaine lassitude. "C'est peut-être à cause de la longueur de la saison. J'ai peut-être eu tort de jouer la Coupe Davis après l'US Open, a-t-il expliqué en conférence de presse mercredi après sa sévère défaite contre David Ferrer (6-3, 6-1). J'ai toujours une chance, mais il faudra que je joue au moins 50% mieux que cela. On espère toujours que le lendemain sera meilleur." Et pour lui, ce serait une victoire contre son compatriote, en espérant un résultat en sa faveur dans le match entre l'Espagnol et Tomas Berdych. Djokovic devra de toute façon attendre la fin de soirée à Londres pour savoir s'il peut continuer le Masters et jouer les demi-finales. Un succès en deux sets face à Tipsarevic ne lui assure pas pour autant une place dans le dernier carré, il en serait éjecté si Berdych domine Ferrer, lui aussi en deux sets. Un tel scénario donnerait alors à sa fin de saison une couleur bien terne, surtout après neuf mois exceptionnels. "J'aurais pu cesser de jouer après l'US Open, ma saison aurait quand même été fantastique. Rien ne pourra la ternir", a rétorqué le n°1 mondial, comme pour se rassurer face à un éventuel échec. "Je ne me sens pas obligé de gagner le tournoi afin de faire la saison parfaite", avait-il même énoncé dans les colonnes du Times, avant le Masters. Un signe peut-être d'une implication moins grande à l'heure de défier les meilleurs joueurs de la saison. Mais son instinct de compétiteur pourrait prendre le dessus. Son instinct de survie aussi, à l'image de sa balle de match sauvée contre Berdych lundi. Tipsarevic, éliminé, n'aura pas grand-chose à lui opposer pour son dernier match de la saison. Peut-être pourrait-il lui rendre un petit coup de main, mais ce serait faussé l'esprit de la compétition, que Ferrer, déjà qualifié, n'entend pas non plus bafouer. L'Espagnol a une bonne raison, à savoir conserver la première place de son groupe et donc éviter Federer en demi-finales. Djokovic, lui, ne peut viser autre chose que la deuxième place, avec donc un éventuel prochain match contre le Suisse. Et ce serait déjà une petite victoire de le retrouver dans le dernier carré, tant son niveau de jeu actuel n'a rien de l'invincible qu'il était il y a quelques semaines.