Djokovic l'Américain

  • A
  • A
Djokovic l'Américain
Partagez sur :

Invincible Novak Djokovic. Sacré à Melbourne, Dubaï et Indian Wells il y a quinze jours, le Serbe a signé son quatrième triomphe de la saison, dimanche, en remportant la finale du Masters 1000 de Miami aux dépens de Rafael Nadal (4-6, 6-3, 7-6). Si le Majorquin a tenu la dragée haute au Belgradois, le n°1 mondial a comme en Californie fini par baisser pavillon devant la pugnacité de son premier dauphin à l'ATP.

Invincible Novak Djokovic. Sacré à Melbourne, Dubaï et Indian Wells il y a quinze jours, le Serbe a signé son quatrième triomphe de la saison, dimanche, en remportant la finale du Masters 1000 de Miami aux dépens de Rafael Nadal (4-6, 6-3, 7-6). Si le Majorquin a tenu la dragée haute au Belgradois, le n°1 mondial a comme en Californie fini par baisser pavillon devant la pugnacité de son premier dauphin à l'ATP. Après la Californie, la Floride ! Parti de Melbourne avec un deuxième titre majeur en poche le 30 janvier dernier, Novak Djokovic s'est depuis lancé avec succès dans la conquête de l'Ouest. Sans faire injure au tournoi de Dubaï entretemps remporté par le Serbe, l'intéressé peut se targuer d'avoir déjà réalisé un triplé historique cette saison. Sacré à l'Open d'Australie, à Indian Wells et ce dimanche à Miami, le "Djoker" est devenu sur ce plan l'égal du Pete Sampras de 1994, du André Agassi de 2001 et du Roger Federer de 2006, dernier joueur à avoir accompli ne serait-ce que ce fameux doublé américain du printemps. Battu pour la deuxième fois en quinze jours par son premier poursuivant au sommet de l'ATP, Rafael Nadal, lui, perd là sa troisième finale floridienne, après 2003 et 2008. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir bataillé ! Un jeu blanc pour commencer. Dans la lignée de ses cinq sorties précédentes, durant lesquelles il n'a guère concédé que 18 jeux, sans jamais perdre son service, Novak Djokovic place haut la barre. Pas de quoi impressionner cependant un Rafael Nadal revanchard, qui après avoir répliqué se permet de prendre la mise en jeu du Serbe. Lui qui était le dernier à avoir commis pareil forfait, à Indian Wells, il y a deux semaines de cela. Manifestement moins gêné par les rafales de vent qui sévissent alors sur Miami, le Majorquin pousse le vice jusqu'à double-breaker. Ce tandis que "Nole" loupe quatre opportunités de débreak en deux jeux. Les échanges sont alors à sens unique. Jusqu'à 1-5 en faveur de l'Espagnol du moins. A cet instant de la partie en effet, Novak Djokovic retrouve le niveau qui lui a permis d'enchainer 23 victoires depuis le début de la saison (25, si l'on considère ses deux succès en Coupe Davis, et 26 désormais). Le jeu long de Rafael Nadal ne fait plus mouche et le Belgradois en profite pour rattraper l'un de ses breaks de retard. Trop tard toutefois pour renverser la vapeur. Les débats ont débuté depuis 56 minutes quand le n°1 mondial empoche la première manche (4-6), bien servi par les 19 fautes directes réalisées par son vis-à-vis. Mais la tendance globale est paradoxalement favorable à son dauphin. Au sommet avant l'été ? Le Serbe a ainsi tôt fait de breaker le Majorquin dans le deuxième set. A 2-0, Rafael Nadal a beau pousser à bout son opposant, jusqu'à lui faire jeter à terre sa raquette, Novak Djokovic s'accroche à son service pour faire le trou (3-0), et finalement recoller au score, d'un ace rageur (6-3). Logique, si l'on s'attarde sur un tableau des statistiques qui relève deux fois plus de coups gagnants du côté du "Djoker": 26 contre 13 au terme du deuxième acte. 4-6, 6-3, le scénario est alors identique à celui d'Indian Wells, mais la comparaison au score va s'arrêter là. Point de 6-2 expéditif cette fois pour clore l'explication des chefs. Dans le troisième set, les deux joueurs se rendent coup pour coup. Jusqu'à 6-6, pas une balle de break ne vient influencer l'issue de la confrontation. Il faut donc attendre le tie-break pour voir la victoire choisir son camp. Malgré la perte de ses deux premiers services (1-2), Novak Djokovic se détache très vite pour s'offrir quatre balles de match (6-2), avant de ponctuer la partie sur un 40e coup gagnant (7-6[4]). Un septième triomphe en Masters 1000 (pour 22 titres au total) qui vient conforter le Serbe dans son incroyable dynamique. A ce train-là, vu le nombre de points que Rafael Nadal va devoir défendre prochainement sur la terre de Monte Carlo, de Rome, de Madrid ou de Roland-Garros, Novak Djokovic pourrait bien trôner sur l'ATP dans quelques semaines...