Djokovic, destination n°1

  • A
  • A
Djokovic, destination n°1
@ REUTERS
Partagez sur :

TENNIS - Vainqueur de Nadal en finale à Indian Wells, le Serbe évolue sur une autre planète.

18 matches. 18 victoires. Novak Djokovic réalise un début d'année 2011 parfait. Dimanche, le Serbe a dominé le n°1 mondial Rafael Nadal en finale du Masters 1000 d'Indian Wells (4-6, 6-3, 6-2) pour décrocher son troisième titre de la saison après l'Open d'Australie et le tournoi de Dubaï. "On en revient à la même histoire : je joue en confiance, je sens bien la balle sur le court, je suis concentré du début à la fin à chaque match que je joue. Je ne veux pas m'arrêter là, c'est sûr." Là, c'est la 2e place mondiale, qu'il a subtilisée lundi à Roger Federer. Mais on a de bonnes raisons de penser qu'il peut atteindre la 1re.

Un jeu au sommet. Novak Djokovic est actuellement "injouable". Entendez par là qu'il a boosté tous ses points forts et comblé une partie de ses points faibles. Argument essentiel dans le jeu du Serbe, son service, sur première comme sur deuxième balle, est redevenu redoutable. Il lui a permis de serrer le jeu dans le deuxième set face à Nadal, lorsqu'il a servi pour le gain du set, à 5-3. Son retour, craint par tous, lui a ensuite permis de prendre le service du Majorquin à deux reprises en début de troisième manche. Comme en 2008, le Serbe a remporté le premier Majeur et le premier Masters 1000 de l'année. Mais "c'est très différent car je suis un joueur beaucoup plus complet maintenant". C'est lui qui le dit.

Un mental d'acier. Dos au mur avec la Serbie face à Gaël Monfils en décembre dernier, en finale de la Coupe Davis, Djokovic n'avait pas tremblé pour permettre à son pays de revenir à 2-2. Cette victoire à domicile semble l'avoir libéré d'un poids. Depuis, il n'a plus perdu une seule rencontre, 20 succès en 20 matches pour une note parfaite. "J'ai toujours des hauts et des bas dans un match mais j'ai le sentiment que je peux revenir dans un match ou sortir d'une mauvaise passe plus facilement qu'avant", reconnaît le nouveau n°2 mondial. Et comme la rage de vaincre est toujours là...

Un ascendant sur Federer. Demandez à Rafael Nadal. Quand on veut devenir n°1 mondial, il y a une chose que l'on doit absolument accomplir : prendre le dessus sur Roger Federer. C'est ce que Novak Djokovic fait depuis le début de l'année. "Nole" a en effet battu le Suisse à trois reprises : en demi-finales de l'Open d'Australie (7-6[3], 7-5, 6-4), en finale à Dubaï (6-3, 6-3) et enfin, samedi, en demi-finales à Indian Wells (6-3, 3-6, 6-2). Djokovic a révélé qu'avant, il croisait "les doigts en espérant bien jouer ce jour là". Maintenant c'est Federer qui va chercher à conjurer le sort. Car, grâce à ces trois succès de 2011, Djokovic est en passe d'équilibrer le bilan de leurs confrontations, qui est désormais de 13 victoires pour Federer et de 9 pour Djokovic.

Un "avantage" sur Nadal. Même s'il possède près de 4.000 points de retard sur Nadal (12.630 points contre 8.710), Djokovic a un bon coup à jouer dans les semaines qui viennent. En effet, Nadal, de retour de blessure cette semaine à Indian Wells, va entamer à partir du mois prochain la défense des points acquis l'an dernier sur terre battue. Avec ses quatre succès consécutifs (Monte-Carlo, Rome, Madrid et Roland-Garros), le Majorquin a beaucoup à perdre. En revanche, Djokovic n'a pas atteint une seule finale lors de ces quatre tournois. ""Nole" en est déjà presque à 4.000 points cette saison, c'est énorme pour un concurrent aussi sérieux et aussi complet que lui, bon sur toutes les surfaces", explique Nadal lui-même. "C'est lui le mieux placé actuellement pour finir n°1 à la fin de l'année, la seule chose qui compte." Et Djokovic compte bien s'arrêter à un.