Djokovic: "C'est ridicule..."

  • A
  • A
Djokovic: "C'est ridicule..."
Partagez sur :

Sans donner l'impression de forcer son talent, Novak Djokovic, un temps incertain, a réussi sa mise en route à Bercy. Le Serbe, vainqueur sans histoire d'Ivan Dodig (6-4, 6-3), a ainsi rassuré ses fans quant à ses intentions cette semaine, il n'est pas seulement venu pour toucher son bonus de n°1 mondial (environ 1,1 million d'euros). Le Serbe a même trouvé cette polémique assez déplacée.

Sans donner l'impression de forcer son talent, Novak Djokovic, un temps incertain, a réussi sa mise en route à Bercy. Le Serbe, vainqueur sans histoire d'Ivan Dodig (6-4, 6-3), a ainsi rassuré ses fans quant à ses intentions cette semaine, il n'est pas seulement venu pour toucher son bonus de n°1 mondial (environ 1,1 million d'euros). Le Serbe a même trouvé cette polémique assez déplacée. Novak, tout va bien ? Oui. J'ai fait ce qu'il faut ces derniers jours pour récupérer et pouvoir jouer ce tournoi. Je suis très heureux de pouvoir défendre mes chances et d'avoir pu gagner aujourd'hui. Je me suis senti bien sur le court. Qu'avez-vous fait depuis votre défaite face à Nishikori à Bâle ? Je suis rentré à la maison, à Monaco et des gars de mon équipe se sont bien occupés de moi. Je ne suis arrivé qu'hier soir (mardi) à Paris parce que je voulais optimiser mon temps de récupération afin d'être dans les meilleurs conditions ici. Ça faisait déjà une quinzaine de jours que je tapais la balle en indoor et je n'avais pas vraiment besoin de venir m'entraîner. Les conditions ressemblent à celle de l'année dernière (ce qui n'est pas un sentiment partagé par tous, ndlr). Je trouve que j'ai assez bien servi et je me suis senti bien du fond du court. Seriez-vous venu jouer ici si ça n'était pas obligatoire (il aurait en fait perdu son bonus pool de fin d'année de n°1 mondial qui aurait été de 2 millions de dollars s'il n'avait pas zappé Shanghai mais qui aurait été réduit à néant en cas de forfait à Paris-Bercy, ndlr) ? Ça dépend... Dans ce cas précis je voulais vraiment jouer ici, j'avais fait quatre matches à Bâle et j'avais besoin de jouer davantage dans la perspective du Masters. J'aime beaucoup jouer à Bercy, je pense que c'est l'un des tournois en salle les plus intéressants de l'année. Les gens viennent nombreux pour assister aux matches. Et puis c'est le dernier Masters 1000 et les meilleurs joueurs sont présents. Est-ce que le bonus pool a joué un rôle dans votre venue ? Je trouve ça drôle d'entendre tout le monde parler de cette histoire. J'ai même entendu dire que j'allais entrer sur le court pour ne jouer qu'un jeu, ne serait-ce que pour gagner cet argent ! C'est ridicule. Nous sommes tous des sportifs, nous faisons notre travail, nous jouons bien sûr pour être payés et je ne vois rien d'anormal là-dedans. Mais je suis venu ici parce que je voulais jouer ce tournoi et être compétitif. Si je sais que je suis bien physiquement alors j'ai envie de relever le défi, sinon je ne viens pas. Ce sont les éléments qui peuvent affecter ma décision, rien d'autre. Comment jugez-vous votre niveau actuel ? Je ne suis pas à mon meilleur niveau. Mais je fais les choses progressivement. Je sais que ma forme va s'améliorer au fur et à mesure que je jouerai des matches. Ces deux dernières semaines j'ai beaucoup travaillé, notamment après ma blessure. Je trouve que les choses vont dans le bon sens. Je veux aller aussi loin que possible dans ce tournoi et ensuite il y aura Londres, le tournoi le plus important de cette fin d'année.