Djokovic a failli devenir fou

  • A
  • A
Djokovic a failli devenir fou
Partagez sur :

Novak Djokovic poursuit sa route à l'US Open. Mais le Serbe a sacrément douté, l'espace d'un set, le premier, remporté 16-14 au tie-break face à l'atypique Alexandr Dolgopolov. Victorieux en trois manches (7-6, 6-4, 6-2), le numéro 1 mondial affrontera son compatriote Janko Tipsarevic en quarts de finale.

Novak Djokovic poursuit sa route à l'US Open. Mais le Serbe a sacrément douté, l'espace d'un set, le premier, remporté 16-14 au tie-break face à l'atypique Alexandr Dolgopolov. Victorieux en trois manches (7-6, 6-2, 6-4), le numéro 1 mondial affrontera son compatriote Janko Tipsarevic en quarts de finale. Novak Djokovic a fait connaissance avec Alexandr Dolgopolov. En huitièmes de finale de l'US Open, le n°1 mondial avait rendez-vous avec l'atypique ukrainien, véritable curiosité du circuit. Le genre de joueur capable de se compliquer la vie contre Flavio Cipolla au 2e tour (victoire en cinq manches), comme de faire perdre la tête à n'importe qui, y compris au meilleur joueur du monde. Jouer Dolgopolov en Grand Chelem, ce n'est pas un cadeau, Jo-Wilfried Tsonga et Robin Söderling l'ont appris à leurs dépens en Australie. Djokovic, lui aussi, a bien failli tomber dans le piège tendu par le gamin de Kiev. Le Serbe s'en est finalement sorti sans y laisser trop de plumes ni le moindre set (7-6, 6-4, 6-2), mais il s'est sacrément cassé la tête. Pas aidé par le vent balayant Flushing Meadows depuis le début de la journée, Djokovic n'a jamais pu trouver son rythme face aux balles en mousse de Dolgopolov, friand de chips aux trajectoires bizarroïdes. Résultat, après un break échangé entre les deux joueurs, le "Djoker" a dû en passer par un tie-break rocambolesque. Capable des points les fous, Dolgopolov s'est procuré quatre balles de première manche, avant de céder sur la sixième opportunité de son adversaire, 16 à 14. Franchement, on se demande bien ce qu'aurait donné la suite de la rencontre si Dolgopolov avait pu virer en tête. Car à ce moment-là, Djokovic n'en menait pas large. Pensez donc, le n°1 mondial n'avait réussi que 4 coups gagnants en 1h16, et ne s'était procuré qu'une seule balle de break. Une misère. La suite lui sera en revanche bien plus profitable. Dépité par le scenario du match, Dolgopolov, à la peine avec son service (41% de réussite en première balle), a trouvé le moyen de concéder un double break d'entrée dans chacune manche des manches suivantes. Une offrande pour Djokovic, tout heureux de pouvoir compter sur les fautes adverses (44, dont certaines vraiment grossières), plutôt que sur ses propres coups gagnants (13). L'essentiel est toutefois acquis pour l'homme aux désormais 61 victoires cette saison. En quarts, il aura face à lui Janko Tipsarevic, son compatriote. Là, au moins, il sait à quoi s'attendre.