Divorce acté entre Puel et l'OL

  • A
  • A
Divorce acté entre Puel et l'OL
Partagez sur :

La réunion entre Claude Puel et les dirigeants lyonnais devant la commission juridique de la LFP ce mercredi à Paris n'a rien donné ou presque. Si le divorce entre les deux parties est bel et bien consommé, aucun accord n'est intervenu sur les conditions de ce départ. L'OL et son entraîneur doivent désormais trouver un terrain d'entente sur les indemnités de licenciement. L'affaire est donc encore loin d'être réglée.

La réunion entre Claude Puel et les dirigeants lyonnais devant la commission juridique de la LFP ce mercredi à Paris n'a rien donné ou presque. Si le divorce entre les deux parties est bel et bien consommé, aucun accord n'est intervenu sur les conditions de ce départ. L'OL et son entraîneur doivent désormais trouver un terrain d'entente sur les indemnités de licenciement. L'affaire est donc encore loin d'être réglée. Si le divorce entre Claude Puel et les dirigeants lyonnais semble effectif depuis plusieurs semaines, l'ancien coach de Monaco et de Lille est encore à ce jour l'entraîneur de l'OL. Ce dernier avait rendez-vous ce mercredi à Paris avec le directeur juridique du club rhodanien, Vincent Ponsot, devant la commission juridique de la Ligue de football professionnel (LFP). Une réunion d'une demi-heure qui n'a pas permis de trouver un accord entre les deux camps. Claude Puel avait passé jeudi dernier un entretien préalable à son licenciement, mais aucun accord à l'amiable n'avait été trouvé, ce dernier refusant de renoncer à ses indemnités de licenciement, estimées à 3 millions d'euros. Une question restée en suspens ce mercredi. L'OL n'a pas intérêt à laisser traîner "La commission a constaté la non-conciliation. Pour acter la suite on verra", a déclaré Claude Puel au Progrès après la réunion. La commission juridique, présidée par Maître André Soulier, a elle aussi "entériné la décision de divorce", ce qui "ouvre la voie à une procédure de licenciement". Mais le feuilleton est loin d'être fini pour l'OL qui doit désormais envoyer une lettre de licenciement au technicien tarnais, mais surtout s'entendre sur les indemnités de départ. Sous contrat jusqu'en 2012, Claude Puel serait en mesure de réclamer 3 millions d'euros. Un montant qui pourrait être revu à la hausse en fonction des honoraires et des primes prévus dans son contrat. Si aucun accord à l'amiable n'est trouvé, un rendez-vous avec le Conseil des Prud'hommes ou une nouvelle conciliation pourraient être nécessaires. La LFP a proposé aux deux parties de leur mettre à disposition deux négociateurs pour faciliter les discussions. Bien décidé à tourner la page de trois années délicates où malgré les efforts consentis sur le marché des transferts les résultats n'ont pas été au rendez-vous, l'Olympique Lyonnais aura sûrement à coeur de ne pas laisser traîner cette affaire afin de permettre au futur entraîneur, a priori Rémi Garde, l'actuel directeur du centre de formation, de s'atteler rapidement à sa nouvelle fonction.