Direction Bahia

  • A
  • A
Direction Bahia
Partagez sur :

VOILELes concurrents de la Transat 650 Charente-Maritime-Bahia sont au départ de la traversée de l'Atlantique, dernière étape, samedi.

La traversée de l'Atlantique est le cadre de la deuxième étape de la Transat 650 Charente-Maritime-Bahia qui débute samedi. Le vainqueur de la 17e édition de cette course en solitaire sera connu au terme des 3110 milles de cette ultime épreuve.Un nouveau départ. Le vrai pour certains. Après une première étape de 1100 milles entre La Rochelle et Funchal, avec pour seule difficulté la traversée du Golfe de Gascogne, conclue il y a quinze jours par la victoire de Bertrand Delesne (Entreprendre durablement) chez les prototypes et de Francisco Lobato (Roff TMN) dans la catégorie des bateaux de séries, les 83 rescapés (sur 85 candidats au départ) de cette 17e édition de la Transat 650 Charente-Maritime-Bahia ont repris la mer ce samedi en milieu d'après-midi. Direction Salvador de Bahia au Brésil pour une traversée de l'Atlantique longue de 3110 milles, soit deux semaines et demie, au mieux, de mer pour les premiers arrivés. Entre la sortie de l'archipel de Madère, la traversée des Canaries, les alizés à négocier au large du Cap-Vert et le passage du Pot au Noir à négocier, les difficultés ne manqueront pas sur cette route... olympique. "Tout reste à faire", annonçait avant de s'élancer Bertrand Delesne avant de rappeler : "Il y a deux ans, j'étais resté cinq jours dans le Pot au Noir." A chaque jour suffisant sa peine, son dauphin au classement, Francisco Lobato, se concentrait lui avant tout sur le départ : "Cette première partie de course sera un peu difficile. Ce n'est pas une météo très claire comme au départ de La Rochelle où il fallait empanner à un point précis et passer proche du Cap Finisterre... Là, il va falloir réfléchir un peu. Ce ne sera pas la loterie, mais il faudra virer au bon moment et savoir exactement où l'on se trouve par rapport au système météo."Et cette partie de manivelle se prolongera pendant deux semaines et demie à trois semaines et demie selon les bateaux, dans une coque de 6,50 mètres où il ne reste plus que deux mètres cube d'espace de vie au marin lorsque l'eau douce, la nourriture et les voiles sont à bord... L'aventure commence.