Diot: "Plutôt décevant"

  • A
  • A
Diot: "Plutôt décevant"
Partagez sur :

Déçu de son niveau de jeu actuel et du compliqué début de saison manceau, Antoine Diot veut "repartir de l'avant" et ce dès vendredi face à l'Asvel à Antarès en match avancé de la 10e journée de Pro A. L'occasion pour les Sarthois d'enfin glaner leur premier succès à domicile, eux qui ont mis fin la semaine dernière à une série de cinq revers de rang en championnat.

Déçu de son niveau de jeu actuel et du compliqué début de saison manceau, Antoine Diot veut "repartir de l'avant" et ce dès vendredi face à l'Asvel à Antarès en match avancé de la 10e journée de Pro A. L'occasion pour les Sarthois d'enfin glaner leur premier succès à domicile, eux qui ont mis fin la semaine dernière à une série de cinq revers de rang en championnat. Antoine, après avoir renoué avec la victoire en championnat, vous vous êtes lourdement inclinés face à Kazan en Eurocoupe (65-98). Pour quelles raisons selon vous ? C'était un match un peu particulier puisque Ben Dewar, qui était malade, n'a pas joué, Michailis Kakiouzis non plus car il n'était pas encore qualifié alors que Ryvon Coville était déjà parti et qu'Henri Kahudi s'est lui blessé au dos ! On n'était donc que sept pros plus les espoirs. Mais on est aussi tombé sur une équipe de Kazan très forte et qui avait certainement envie de prendre sa revanche du match aller (victoire du MSB 67-63 en Russie, ndlr). Ça n'explique pas le fait qu'on ait pris un si gros écart mais ce n'était pas non plus le match crucial qu'il fallait absolument gagner, comme ce sera le cas contre Banvit. Car ils ont gagné contre Oldenburg (81-72, ndlr) et ça sera donc un match couperet face à eux. Maintenant à nous de nous reconcentrer sur le championnat. On a un match très important contre l'Asvel et c'est le match de la semaine. Vous avez mis fin la semaine dernière à Toulon (76-71) à une série de cinq défaites consécutives en championnat. On imagine que vous aimeriez poursuivre sur cette lancée face aux Villeurbannais... Exactement. La semaine dernière a été complète avec la victoire à Kazan et celle à Hyères-Toulon. Il faut donc oublier la défaite de mardi et repartir sur la dynamique qu'on avait avant cette rencontre. On doit construire sur les victoires passées pour avancer, afin de rattraper l'Asvel et de recoller aux équipes de milieu de tableau. Vous n'avez pourtant pas réussi à remporter la moindre victoire à domicile cette saison en Pro A. Parvenez-vous à vous expliquer ce manque de réussite dans votre salle ? Pas spécialement. Peut-être qu'on a un peu plus de pression parce qu'on est chez nous et qu'on se dit qu'on n'a pas le droit à l'erreur. Mais je pense que c'est aussi lié au manque de confiance de ces dernières semaines. Il faut maintenant repartir de l'avant, jouer notre jeu sans pression et nous laisser porter par le public et par l'ambiance. Et j'espère que tout se passera bien... Vous allez bénéficier pour ce match de la présence de votre nouvelle recrue, Michailis Kakiouzis. Avez-vous déjà pu ressentir son apport, notamment au niveau de l'expérience ? Oui bien sûr. Et c'est toujours bien d'avoir un Grec expérimenté dans son équipe ! C'est clair qu'il va nous apporter beaucoup, notamment sur le plan du jeu, où il va nous permettre d'écarter un peu plus car on sait que sa force, c'est le shoot. Et c'est quelque chose qui nous manquait un peu à l'intérieur. Ça va ouvrir et laisser des espaces plus importants pour les extérieurs, notamment Alex (Acker). Alex Acker a justement connu quelques difficultés d'adaptation, lui qui a notamment été chahuté par le public d'Antarès. Comment vit-il cette situation ? Il a fait de très gros clubs en Europe, et ce n'est pas pour rien. C'est vraiment un très, très bon joueur. Il a repris peu à peu confiance et maintenant il est beaucoup mieux, un peu à l'image de l'équipe. Il faut donc continuer dans ce sens-là. "L'équipe de France, l'un de mes objectifs premiers" Vous êtes désormais associé à l'arrière avec une autre recrue, Marc-Antoine Pellin. Comment se passe votre cohabitation ? Je ne le connaissais pas plus que ça mais j'ai appris à le connaître. C'est un gars très appréciable dans une équipe, il met tous le temps l'ambiance et ça se passe aussi très bien sur le terrain. On est très complémentaires, on peut être associés et pour l'instant tout se passe très bien. Personnellement, sentez-vous une plus grosse attente autour de vous ? C'est clair que notre début de saison, et le mien en particulier, est plutôt décevant. Il va falloir que je me remette la tête à l'endroit, que je reparte de l'avant et que je reprenne confiance. Et j'espère que la deuxième partie de saison se passera mieux. Que ressentez-vous quand on compare la trajectoire d'un Fabien Causeur, qui a explosé en Pro A après son été en Bleu, à la vôtre à votre retour de l'Euro l'an passé ? Je pense que c'est toujours bien. On a besoin de jeunes joueurs en équipe de France et Fabien a fait un très bel été, je pense aussi à Andrew (Albicy) qui a été exceptionnel, notamment contre l'Espagne. Donc ça prouve qu'en France on a du potentiel et des joueurs qui peuvent avoir un rôle chez les Bleus. Et c'est très bien. Pour finir sur l'équipe de France, l'Euro 2011 doit être un vrai objectif pour vous après votre absence au Mondial... J'y pense, bien sûr. J'ai connu un Euro et malheureusement je n'ai pas pu participer au Mondial à cause de ma blessure. Et tout le monde le sait, l'équipe de France c'est quelque chose que j'apprécie énormément. C'est donc évidemment un de mes objectifs premiers.