Diniz n'a pas pu

  • A
  • A
Diniz n'a pas pu
Partagez sur :

Alors qu'il espérait ne pas connaître une nouvelle saison blanche après son couac des Jeux Olympiques de Pékin, Yohann Diniz a finalement terminé 12e du 50 kilomètres marche, vendredi lors des Championnats du monde de Berlin.

Alors qu'il espérait ne pas connaître une nouvelle saison blanche après son couac des Jeux Olympiques de Pékin, Yohann Diniz a finalement terminé 12e du 50 kilomètres marche, vendredi lors des Championnats du monde de Berlin.La pluie ne lui a cette fois pas porté chance. Champion d'Europe sous la pluie à Göteborg en 2006, Yohann Diniz n'a cette fois pas profité de l'humide bitume berlinois. S'il ne pleuvait plus quand le départ de ce 50 km marche a été donné, la température était tout à fait acceptable, contrairement à la course pékinoise, durant laquelle la chaleur étouffante était venu à bout du Champenois. Un an plus tard, Diniz voulait prendre sa revanche et arrivait même dans la capitale allemande fort de la meilleure performance mondiale de l'année en 3h38'45."J'ai eu les c... pour terminer"Lors des premiers kilomètres, le Français fait d'ailleurs honneur à son rang et se place rapidement dans le peloton de tête. S'il écope bien d'un premier avertissement, Diniz semble bien dans ses pointes et se retrouve même en tête en compagnie de quatre hommes: deux Australiens, Luke Adames et Jared Talent, et deux Russes dont Sergey Kirdyapkin. Derrière, le champion olympique, l'Italien Alex Schwazer, est contraint à l'abandon, gêné par des problèmes gastriques. La belle impression laissée par le marcheur tricolore s'estompe finalement peu avant le 30e kilomètre alors que le duo australien décide d'accélérer la cadence. Yohann Diniz lâche alors prise mètre après mètre, seconde après seconde. Le Français est même à deux doigts d'abandonner, laminé par les efforts fournis. Mais, contrairement à Pékin, il décide cette fois de serrer les dents pour terminer la course. Même loin de leaders. Pour l'honneur. La tête haute. "J'étais bien puis j'ai commencé à prendre un carton rouge. J'ai douté, j'ai eu peur de me faire sortir. J'ai essayé de maîtriser mon allure puis, d'un coup, plus rien. Mais j'ai eu les c... pour terminer...", expliquera-t-il sur le site Internet de la FFA.Il coupe finalement la ligne en douzième place, une dizaine de minutes après le Russe Sergey Kirdyapkin, qui a finalement terminé en solitaire en 3h38'35. Le Norvégien Trond Nymark et le vétéran espagnol Jesus Angel Garcia complètent le podium.