Dimanche noir pour les Bleues

  • A
  • A
Dimanche noir pour les Bleues
Partagez sur :

Pour la première fois de son histoire, l'équipe de France est reléguée dans le Groupe II de la Fed Cup. Après Aravane Rezaï, qui s'est inclinée contre l'Espagnole Maria Jose Martinez Sanchez, c'est Pauline Parmentier qui a perdu son simple face à Lourdes Dominguez-Lino (6-4, 6-4), ce dimanche à Lérida, en barrages de la compétition. Un coup dur pour les Bleues.

Pour la première fois de son histoire, l'équipe de France est reléguée dans le Groupe II de la Fed Cup. Après Aravane Rezaï, qui s'est inclinée contre l'Espagnole Maria Jose Martinez Sanchez, c'est Pauline Parmentier qui a perdu son simple face à Lourdes Dominguez-Lino (6-4, 6-4), ce dimanche à Lérida, en barrages de la compétition. Un coup dur pour les Bleues. Pas de miracle pour les Bleues. Face à Lourdes Dominguez-Lino, Pauline Parmentier n'a pas pu sauver une équipe de France à la dérive, qui disputait ce week-end à Lérida les barrages de la Fed Cup pour la cinquième fois en six ans. Comme Aravane Rezaï un peu plus tôt dans la journée, la Française s'est inclinée en deux sets (6-4, 6-4) et n'aura jamais été en mesure de faire douter son adversaire espagnole. Tout juste a-t-elle retardé l'échéance lorsqu'elle a sauvé une première balle de match, à cinq à trois dans la seconde manche. Pour la première fois de son histoire, l'équipe de France goûtera donc au Groupe II, une division peut-être plus en adéquation avec le niveau actuel des Tricolores sur le circuit WTA. Les choix du capitaine Nicolas Escudé ne sont sans doute pas innocents à cette relégation, lui qui a préféré miser sur Pauline Parmentier, 127e joueuse mondiale, lors de ce quatrième match décisif plutôt que sur Alizé Cornet. Mais ils n'expliquent qu'en partie cette descente dramatique pour le tennis féminin français. Ce n'est pas forcément de sa faute si Aravane Rezaï, au lendemain de sa victoire égalisatrice contre Anabel Medina Garrigues, n'a pas su rééditer cette performance en fin de matinée ce dimanche contre Maria Jose Martinez Sanchez (6-1, 6-4). Une défaite qui a mis beaucoup de pression sur les épaules de Pauline Parmentier, pas suffisamment armée pour dompter une Lourdes Dominguez-Lino très à l'aise sur terre battue, sa surface de prédilection. Il y a deux mois, déjà, la jeune Française n'avait pas vu le jour contre l'Espagnole en huitièmes de finale du tournoi d'Acapulco, où elle avait été balayée 6-1, 6-1. Cette fois, elle a résisté tant qu'elle a pu. Avec l'Australie et les Etats-Unis dans le Groupe II Très tendue en début de match, Pauline Parmentier a perdu sa mise en jeu à deux jeux partout dans le premier set mais a débreaké dans la foulée (3-3). Le hic, c'est qu'elle a à nouveau craqué sur son service deux jeux plus tard, donnant à Lourdes Dominguez-Lino l'occasion de conclure le set (6-4). L'Espagnole n'a pourtant pas été impressionnante, mais il aurait fallu à la Tricolore un peu plus de patience dans l'échange pour remporter les points importants. Ses trop nombreuses fautes directes en coup droit lui ont également coûté cher dans le deuxième acte, qu'elle a mal débuté (0-2). Lourdes Dominguez-Lino en a profité pour asseoir sa domination et repousser son adversaire loin derrière sa ligne de fond de court, la poussant ainsi à commettre des erreurs. A cinq jeux à trois en faveur de l'Espagnole, Pauline Parmentier ne s'est pas découragée pour autant, mais son débreak ne lui a pas évité la défaite (6-4). La prochaine campagne de Fed Cup, au deuxième échelon de la hiérarchie mondiale, sera peut-être plus dans leurs cordes. Quoique. Avec l'Australie et les Etats-Unis, eux aussi reléguées dans le Groupe II, rien ne sera simple pour les Bleues.