Dijon tient sa montée

  • A
  • A
Dijon tient sa montée
Partagez sur :

Battu à Angers (1-0), Dijon jouera l'an prochain en Ligue 1, une première dans son histoire. Les Bourguignons accompagnent Ajaccio, victorieux à Nîmes (2-1), et Evian-Thonon vainqueur de Metz (4-2). Le Mans, mené 2-0 par Nantes, est revenu pour s'imposer 3-2. En vain, les Sarthois avaient trop perdu de terrain la semaine dernière à Vannes (4-3)...

Battu à Angers (1-0), Dijon jouera l'an prochain en Ligue 1, une première dans son histoire. Les Bourguignons accompagnent Ajaccio, victorieux à Nîmes (2-1), et Evian-Thonon vainqueur de Metz (4-2). Le Mans, mené 2-0 par Nantes, est revenu pour s'imposer 3-2. En vain, les Sarthois avaient trop perdu de terrain la semaine dernière à Vannes (4-3)... La défaite ne gâche rien. Battu à Angers (1-0), les Dijonnais évolueront bien en Ligue 1 pour la première fois de leur histoire... Le fruit d'un parcours remarquable et d'une bonne gestion du sprint final, fatal aux ambitions d'équipes plus cotées. Le président Bernard Gnecchi pouvait savourer au micro d'Eurosport avant d'envisager l'avenir: "On va savoir ce week-end si on peut garder Ribas, mais d'autres viendront, on va en garder d'autres. Il y a beaucoup de travail, je souhaite que, dimanche, l'AJ Auxerre se maintienne pour jouer un beau derby l'an prochain." La Bourgogne s'est en effet trouvé une nouvelle icône. Et que dire de la Haute-Savoie, loin de connaitre les sommets du football hexagonal ? Issu de National, Evian-Thonon a pris un bon départ et régné sur une grande partie de la saison. Ce vendredi, les coéquipiers de Cédric Barbosa ont conclu de la plus belle des manières une superbe saison, s'imposant 4-2 face à Metz au Parc des Sports d'Annecy. "La première période, on a eu un peu de mal, concédait Bernard Casoni devant les caméras d'Eurosport. On s'est ressaisi. Il ne faut pas se le cacher, on y a cru que sur les dix derniers matches , on s'est dit pourquoi pas. On va savourer !" Et construire un peu plus un club qui poursuit, par un titre de champion, sa fabuleuse ascension. Digne d'un bon montagnard ! Evian-Thonon et Dijon connaissent l'équipe qui les accompagnera dans l'élite. Ajaccio était le plus menacé par un retour du Mans et les Corses ont souffert, tremblé même à Nîmes quand M'Chamgama a ouvert le score. Un simple contretemps puisque Rivière se chargeait par deux fois de rassurer les siens devant des Crocos assurés de descendre en National. La victoire était synonyme de remontée pour des Corses, décidément à la fête cette saison puisque le club voisin du Gazélec monte en National, imité par Bastia qui retrouvera la Ligue 2. Le Mans, regrets éternels... Ajaccio a bien fait de s'assurer son destin car Le Mans y a cru jusqu'au bout. En vain... Obligés de s'imposer, les Sarthois, plus gros budget de Ligue 2 (23 millions d'euros) ont pourtant bien mal démarré cette soirée. La faute à dix première minutes catastrophiques conclues par deux buts nantais, tout heureux de profiter des largesses d'une défense sarthoise, peut-être encore hantée par sa déconvenue à Vannes la semaine passée (4-3). Dos au mur, les Manceaux étaient sifflés à la pause par des supporters désabusés, sans doute aussi un peu surpris par les déclarations de Ludovic Baal à la pause : "Ce n'est pas catastrophique". Difficile d'imaginer pourtant une pire situation... Corchia ramenait l'espoir à l'heure de jeu, sur un coup-franc brossé et Poté l'imitait de la tête à bout portant. Le Mans pousse, joue sa carte à fond avant que l'inévitable Helstad ne délivre tout les 25 000 supporters à la 88e minute. Le Norvégien, fou de joie, croyait même à l'exploit, n'étant pas informé du succès ajaccien. Triste scène au coeur d'un MMArena ultra moderne promis à des joutes de Ligue 2 pas forcément digne de son statut. Le Mans se souviendra longtemps de sa rocambolesque défaite à Vannes la semaine passée (4-3) et pourra compter les nombreux points perdus en route puisqu'ils comptent finalement 62 points comme Dijon, mais avec quatre unités de moins à la différence de buts. Dire que le 10 mars dernier, Le Mans FC menait 2-0 sur la pelouse des Bourguignons avant d'encaisser trois buts dans les 25 dernières minutes ! Les Sarthois resteront bien dans l'antichambre l'an prochain. La nuit du président Legarda, qui devra gérer une baisse de budget de 10 millions d'euros, promet d'être longue. Pas pour les mêmes raisons qu'à Annecy, Dijon et Ajaccio où les supporters rêvent déjà de belles soirées de Ligue 1...