Dijon dans le bon wagon

  • A
  • A
Dijon dans le bon wagon
Partagez sur :

Dijon a fait un grand pas vers la montée lundi en s'imposant à domicile face à Grenoble (2-1), en clôture de la 36e journée de Ligue 2. Un succès acquis dans la douleur face à la lanterne rouge qui permet aux Bourguignons de conserver la deuxième place avec trois points d'avance sur le quatrième Ajaccio, éjecté du podium par Le Mans, large vainqueur un peu plus tôt de Laval (4-0).

Dijon a fait un grand pas vers la montée lundi en s'imposant à domicile face à Grenoble (2-1), en clôture de la 36e journée de Ligue 2. Un succès acquis dans la douleur face à la lanterne rouge qui permet aux Bourguignons de conserver la deuxième place avec trois points d'avance sur le quatrième Ajaccio, éjecté du podium par Le Mans, large vainqueur un peu plus tôt de Laval (4-0). Et si la Ligue 1 accueillait l'an prochain deux formations n'ayant jamais évolué au sein de l'élite. L'hypothèse est loin d'être incongrue, car, après Evian-Thonon-Gaillard, qui a conforté sa première place vendredi en s'imposant face à Troyes (3-0), c'est le Dijon FCO, qui a fait un pas de plus vers la montée en s'imposant face à Grenoble (2-1), lundi en clôture de la 36e journée. Si ce succès fut acquis dans la douleur pour les Bourguignons, face à un adversaire pourtant déjà assuré d'évoluer en National la saison prochaine, il est d'une importance capitale pour les hommes de Patrice Carteron qui comptent le même nombre de points que le leader savoyard et trois longueurs d'avance sur le quatrième Ajaccio à deux journées du terme de cet exercice 2010-2011. La rencontre avait d'ailleurs commencé sous les meilleurs auspices pour les pensionnaires de Gaston-Gérard avec l'ouverture précoce de l'Uruguayen Sebastian Ribas, plus que jamais meilleur buteur de Ligue 2 avec 22 réalisations, en ayant repris instantanément un centre de Florin Berenguer venu de la droite (1-0, 4e). On ne donne alors pas cher de la peau des Isérois, mais ces derniers trouvent cependant les ressources pour réagir grâce à Jonathan Tinhan, auteur d'une tête décroisée sur un corner de Laurent Courtois (1-1, 14e). Le Mans ne rate pas le coche Les Dijonnais poussent pour tenter de reprendre l'avantage, mais le gardien grenoblois, Jody Viviani, multiplie les parades décisives, face à Ribas, qui s'est aussi vu refuser un but pour hors-jeu (24e) et a placé une tête sur le poteau (25e), mais aussi Charley Fomen (34e), Chaher Zarour (55e), Eric Bauthéac (59e) et Sankharé (75e). Le GF38 croit alors pouvoir tenir ce match nul de prestige, mais c'était sans compter sur la détermination des Dijonnais qui finissent par forcer la décision grâce à Christophe Mandanne, auteur d'un bel enchaînement contrôle de la cuisse et frappe en demi-volée pour inscrire le but d'une victoire tant espérée (2-1, 83e). Le DFCO signe ainsi un neuvième match sans défaite et tutoie son rêve d'évoluer en ligue 1. De son côté, Le Mans a parfaitement su profiter de la défaite d'Ajaccio à Angers vendredi (1-3) pour monter sur le podium au détriment des Corses. Mais encore fallait-il que les Sarthois s'imposent ce lundi soir face à Laval. Ce qu'ils ont fait de fort belle manière. Les hommes d'Arnaud Cormier ont en effet rapidement assuré les trois points sur leur pelouse du MMArena en inscrivant trois buts en première période, grâce à Jeff Louis (19e), Pierre Talmont contre son camp (37e) et Fousseyni Cissé (43e). Idir Ouali est venu ajouter sa pierre à l'édifice en toute fin de match (4-0). Un large succès qui leur permet ainsi de retrouver la première place avec un point d'avance sur l'ACA, qui accueillera Istres avant d'aller à Nîmes pour clôturer la saison. Opposés à Vannes et à Nantes lors des deux dernières journées, les Manceaux ne devront pas gâcher s'ils veulent retrouver l'élite, sachant que Sedan, voire Angers ont encore une petite chance de jouer la montée.