Dick, l'année du sacre

  • A
  • A
Dick, l'année du sacre
Partagez sur :

Un beau cadeau de départ ! Quelques heures après s'être élancé sur la Transat BtoB, Jean-Pierre Dick a été élu ce lundi Marin de l'année 2011. Une première récompense en solitaire pour le Niçois qui, à 46 ans, s'est illustré en double cette année, remportant en mars la Barcelona World Race avec Loïck Peyron puis en novembre la Transat Jacques-Vabre avec Jérémie Beyou.

Un beau cadeau de départ ! Quelques heures après s'être élancé sur la Transat BtoB, Jean-Pierre Dick a été élu ce lundi Marin de l'année 2011. Une première récompense en solitaire pour le Niçois qui, à 46 ans, s'est illustré en double cette année, remportant en mars la Barcelona World Race avec Loïck Peyron puis en novembre la Transat Jacques-Vabre avec Jérémie Beyou. Et le successeur d'Antoine Albeau s'appelle... Jean-Pierre Dick ! Un an après avoir créé une petite surprise en récompensant le véliplanchiste de l'île de Ré, multiple champion du monde, pour l'ensemble de son oeuvre au détriment d'un Franck Cammas qui avait réussi l'exploit de remporter sur le même bateau le Trophée Jules-Verne en équipage puis la Route du Rhum en solitaire, le jury désigné par la Fédération française de voile et présidé par Isabelle Autissier pour élire chaque premier lundi de décembre, en plein Nautic, le Marin de l'année a donc choisi le skipper de Virbac-Paprec 3, vainqueur en 2011 de la Barcelona World Race et de la Transat Jacques-Vabre. Nominé au côté de celui qui s'est imposé à ses côtés le 18 novembre à Puerto Limon (Costa Rica) sur la Jacques-Vabre, Jérémie Beyou, également vainqueur cette année de la Solitaire du Figaro, mais aussi de David Raison, lauréat de la Transat 650 Charente-Maritime-Bahia sur un curieux Mini à étrave ronde, de Pierre Leboucher et Vincent Garos, auteurs d'une grosse saison en 470, de Fabien Delahaye, champion de France de course au large en solitaire (et deuxième de la Solitaire derrière Beyou), et de l'équipe de France jeunes, championne du monde ISAF, le Niçois touche là la récompense d'une saison pleinement réussie à la barre de son plan Verdier-VPLP, 60 pieds Imoca mis à l'eau au printemps 2010. Quelques mois plus tard, il se classait quatrième de la Route du Rhum 2010 avant d'organiser le rapatriement express de son bateau vers l'Europe pour être au départ de la deuxième édition de la Barcelona World Race, tour du monde en double, au côté de Loïck Peyron. Ensemble, les deux hommes, associés depuis 2005 (ils ont remporté la Jacques-Vabre cette année-là puis ont préparé le Vendée Globe 2008-09 que ni l'un ni l'autre n'a pu terminer en raison d'avaries), ont une nouvelle fois fait des merveilles, bouclant cette deuxième Barcelona en tête au bout de 93 jours 22 heures 12 minutes et 36 secondes après avoir d'abord résisté à la pression de Michel Desjoyeaux et de François Gabart, contraints à l'abandon, puis du tandem espagnol Iker Martinez-Xabi Fernandez. Beyou pas loin du compte Une deuxième victoire sur ce tour du monde après celle remportée lors de la première édition avec Damian Foxall qui appellera une nouvelle récidive en fin d'année pour Jean-Pierre Dick sur la Jacques-Vabre, puisque l'intéressé ajoutera une fois de plus son nom au palmarès de la transat en double. Une course qu'il a d'ailleurs fait sienne, puisqu'il l'a même remportée à trois reprises, à chaque fois qu'il y a participé ! En 2003 avec Nicolas Abiven, en 2005 avec Loïck Peyron, et en 2011 avec Jérémie Beyou et la manière. Car pour couper la ligne d'arrivée en tête au Costa Rica, les deux hommes ont dû prendre des risques, choisissant une option à l'ouest plus proche de la ligne directe et surtout plus risquée dans le gros temps, là où leurs concurrents, «rincés» par les trois dépressions tombées sur la flotte lors de la première semaine de mer, choisissaient d'aller chercher leur salut, en vain, au soleil. Après 15 jours, 18 heures 15 minutes et 54 secondes de mer, Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou triomphaient, parachevant l'un et l'autre une saison de toute beauté. Inutile de dire qu'il a sans doute été difficile de les départager au moment de désigner le Marin de l'année 2011, Jean-Pierre Dick nous avait même lâché, peu avant son triomphe au Costa Rica: "Ce serait sympa d'avoir deux élus". Il n'y en a donc eu qu'un, Jean-Pierre Dick, dont Jérémie Beyou dressait le portrait suivant à l'arrivée au Costa Rica: "Jean-Pierre, c'est un attaquant ! Des fois, il ne réfléchit pas', il dit "On y va !" et puis voilà ! C'est un vrai attaquant dans le sens où il est dur au mal et où il analyse vite, c'est agréable d'être avec un gars comme ça." Les deux hommes pourraient se retrouver dans un an au départ du Vendée Globe, Jérémie Beyou attendant une réponse imminente d'un partenaire. Nul doute qu'un «oui» suffirait largement à le consoler de ne pas avoir obtenu ce titre honorifique... Un titre accueilli en plein Atlantique par un Jean-Pierre Dick tout juste parti sur la Transat BtOB: "C'est extraordinaire, fabuleux, c'est une énorme émotion et beaucoup de plaisir. J'ai vécu une année fabuleuse, je ne m'y attendais pas." Le meilleur moment de 2011 ? "Le passage du Cap Horn, un moment de joie immense, c'est tellement gratifiant de passer ce rocher en tête d'une course océanique." Un moment que Jean-Pierre Dick rêve de vivre dans un an les mêmes conditions sur son dernier Graal en solitaire, le Vendée Globe.