Diawara risque gros

  • A
  • A
Diawara risque gros
Partagez sur :

La semelle de Souleymane Diawara sur le ventre de Nenê, à la 77e minute de PSG-OM lors de la 12e journée de Ligue 1, n'est pas passée inaperçue. La commission de discipline de la Ligue pourrait ainsi suspendre le défenseur marseillais jusqu'à quatre matches. C'est en tout cas ce que préconise la commission de visionnage, seule habilitée à saisir l'organe disciplinaire de la LFP et qui réclame le carton rouge a posteriori.

La semelle de Souleymane Diawara sur le ventre de Nenê, à la 77e minute de PSG-OM lors de la 12e journée de Ligue 1, n'est pas passée inaperçue. La commission de discipline de la Ligue pourrait ainsi suspendre le défenseur marseillais jusqu'à quatre matches. C'est en tout cas ce que préconise la commission de visionnage, seule habilitée à saisir l'organe disciplinaire de la LFP et qui réclame le carton rouge a posteriori. Le clasico n'est pas tout à fait terminé. La semelle de Souleymane Diawara sur les abdominaux de Nenê, à la 77e minute du choc remporté par le Paris-SG dimanche lors de la 12e journée de Ligue 1 (2-1), pourrait en effet placer l'OM dans de sales draps. Alors que les hommes de Didier Deschamps n'ont toujours pas trouvé leur rythme de croisière, l'entraîneur marseillais pourrait ainsi être privé du pilier de sa défense, dont le cas va être étudié par la Ligue jeudi. Mardi soir, la commission de visionnage a en effet décidé de saisir la commission de discipline pour son geste envers le Brésilien du Paris-SG, qui avait ensuite provoqué un début d'altercation entre les deux hommes devant les vestiaires. Et Diawara risque gros, jusqu'à quatre matches de suspension en l'occurrence puisque la commission de visionnage a recommandé le carton rouge a posteriori. Alors que les images parlent d'elles-mêmes, au vu notamment de la trace de crampons sur les abdominaux de Nenê à l'issue de la rencontre, Souleymane Diawara préfère la jouer profil bas. "Quand tu es son adversaire, le voir plonger, plonger, et replonger, ça fout la haine, avoue le défenseur olympien dans les colonnes du Parisien. J'étais très énervé, j'ai un peu laissé traîner les pieds. Je le regrette, même si je n'avais pas l'intention de lui faire mal." Diawara "comprendrait une sanction" En attendant la décision de jeudi soir, qui devrait suspendre Diawara pour au moins un match, l'ancien Bordelais a été défendu par son partenaire César Azpilicueta, qui a confirmé sur le site de l'OM la propension de Nenê à exagérer ses chutes. "J'ai déjà joué contre lui en Espagne et lors du Trophée des champions, il y a beaucoup de fois où il a simulé et je n'aime pas les choses comme ça." Rien de ce qui a pu se passer ensuite ne devrait être relevé en revanche par la Ligue, comme le "hijo de puta", révélé par L'Equipe, que Souleymane Diawara a cru entendre de la bouche de son adversaire. Déjà absent sur blessure lors des six premières journées, le Sénégalais est désormais condamné à attendre. Didier Deschamps ne devrait pas hésiter à l'aligner d'entrée en Coupe de la Ligue face à Monaco mercredi, puisque le défenseur serait automatiquement suspendu en cas d'expulsion à retardement, à commencer par le match de samedi face à Lens au Vélodrome. "J'assumerai. Si c'est vraiment impressionnant, je comprendrais qu'il y ait une sanction." Nenê, lui, n'a pas été retenu dans le groupe parisien par Antoine Kombouaré pour le déplacement à Valenciennes de mercredi après-midi, officiellement pour une gêne au mollet. Peut-être aussi pour lui épargner une surexposition pas forcément bienvenue.