Diarra: "Une nouvelle saison"

  • A
  • A
Diarra: "Une nouvelle saison"
Partagez sur :

De retour après une suspension de six matches, pour avoir bousculé l'arbitre de la rencontre Auxerre-Bordeaux du 16 octobre (0-1), Alou Diarra sera dans le groupe bordelais pour affronter le leader lillois, samedi soir, à Chaban-Delmas. Un gros test, d'entrée, pour le capitaine des Girondins, qui craint d'être un peu court physiquement après cette longue période sans jouer.

De retour après une suspension de six matches, pour avoir bousculé l'arbitre de la rencontre Auxerre-Bordeaux du 16 octobre (0-1), Alou Diarra sera dans le groupe bordelais pour affronter le leader lillois, samedi soir, à Chaban-Delmas. Un gros test, d'entrée, pour le capitaine des Girondins, qui craint d'être un peu court physiquement après cette longue période sans jouer. Alou, c'est votre grand retour... Oui, c'est mon retour à la compétition. Pour moi, cela a été très, très long. Mais c'est une sanction et j'ai pris mon mal en patience. Je suis très heureux de retrouver mes collègues parce que je suis un compétiteur avant tout. J'ai hâte d'y être. Quel est votre état de forme ? Cela fait cinq semaines que je n'ai pas touché à la compétition. J'ai beaucoup d'envie mais c'est sûr que, au niveau du rythme, il ne faut pas s'attendre à des percées de 50 mètres. Pour moi, c'est comme si c'était une nouvelle saison qui commençait. J'ai beaucoup d'envie et j'espère que cela compensera mon manque de compétition. Rien ne remplace la compétition et c'est vrai que cela n'a pas été une période facile pour moi. Cette absence me donnera peut-être de la fraîcheur pour le reste de la saison, du moins je l'espère. Quel regard portez-vous sur le comportement des Girondins en votre absence ? Cela a été difficile pour moi de ne pas pouvoir leur donner un coup demain. J'étais suspendu et j'avais l'impression d'être inutile. Ce que j'ai aimé, c'est la réaction du groupe avec les deux victoires que nous venons d'enchaîner. Nous avons bien réagi et c'est à nous de nous habituer à la victoire pour continuer cette belle série. Bordeaux va mieux ? Il y a de la progression, nous avons une autre philosophie de jeu. Il a fallu s'adapter à tout cela et cela nous a pris un peu de temps. Maintenant, on se connaît mieux. Le match contre Lille arrive au bon moment ? C'est un vrai test, ils sont premiers du classement. C'est l'équipe la plus en forme du moment. Ils ont un super potentiel offensif avec des joueurs de grande qualité. C'est un bon test pour nous à ce moment de la saison pour savoir si nous avons du retard par rapport à Lille. Cela va être une rencontre intéressante qui peut aussi nous permettre de basculer vers le haut du classement. Êtes-vous surpris d'être aussi bien classés alors que Bordeaux a rencontré beaucoup de difficultés en ce début de saison ? Oui et non. C'est vrai que c'est bluffant parce que nous n'avons pas pris beaucoup de points à domicile et nous sommes à deux points des leaders. C'est surprenant et cela veut dire que tout le monde a sa chance dans ce championnat. Les gros ont eu des difficultés, cela a permis a d'autres équipes d'engranger les points. Lyon, Bordeaux et Marseille ont fait un début de championnat moyen ou pas à la hauteur de leurs ambitions. "Je reviens avec beaucoup d'envie" Comment s'est traduite votre présence auprès du groupe durant votre suspension ? J'ai parlé aux joueurs, j'ai assisté aux matchs. J'ai essayé de m'impliquer davantage aux entraînements aussi puisque je ne pouvais pas le faire sur le terrain. Physiquement et psychologiquement, cela m'a permis de récupérer. J'avais enchaîné pas mal de matchs et cela m'a donné une bouffée d'oxygène. Je me trouve assez frais même s'il va falloir que j'enchaîne quelques matchs pour retrouver mes sensations. J'ai vraiment coupé et je reviens avec beaucoup d'envie. A l'entraînement, je me suis toujours donné à fond et j'ai essayé de compenser mon manque de compétition avec des entraînements personnalisés, j'ai fait du rab. Mais cela ne remplace pas la compétition et je l'ai bien vu contre l'Angleterre. Au bout de vingt minutes de jeu, j'avais l'impression d'être sur une autre planète. Pendant ces cinq semaines avez-vous repensé à votre geste envers l'arbitre ? En cinq semaines, j'ai bien compris que l'arbitre est intouchable. Je sais maintenant ce que je dois faire : m'écarter le plus loin possible en cas de situation litigieuse. Avez-vous peur d'être dans le viseur des arbitres désormais ? Je ne sais pas, mais je ferai le nécessaire pour ne pas être dans des situations difficiles. Cela peut remettre en cause votre brassard de capitaine à Bordeaux ? C'est au coach qu'il faut poser la question. Mais non, je ne pense pas que cela va tout remettre en question. Je suis un joueur de tempérament mais plus je suis loin des situations chaudes, mieux c'est. Je sais que j'ai fauté, que j'ai fait une bêtise. Mais je suis un être humain, on a le droit de faire des erreurs. Je pense que j'ai bien fait de m'excuser. L'arbitre ne s'est jamais senti en danger. Il a vu que j'avais eu un mauvais réflexe, j'ai été sanctionné et je l'assume. Pour moi, c'est derrière et je vais de l'avant. J'ai commis une erreur, je me suis excusé et je suis conscient de ce que j'ai fait. Même s'il n'y a pas eu de violence ou d'agressivité envers l'arbitre. Mais j'ai eu ce mauvais réflexe. Avez-vous été surpris par l'emballement médiatique autour de ce geste ? Non, je m'y attendais. Surtout après la Coupe du monde puisque maintenant on demande un état d'esprit irréprochable. Il faut donner le bon exemple, nous sommes des professionnels. Mon geste a eu des répercutions dans plusieurs domaines. Cela a pris une ampleur que je trouve démesurée mais l'arbitre est intouchable. Nous n'avons pas le droit de le toucher quel que soit le contexte.