Diarra pris pour cible par les Irlandais

  • A
  • A
Diarra pris pour cible par les Irlandais
Partagez sur :

FOOTBALL - Pris à partie samedi à la fin du match, Lassana Diarra dément avoir insulté le peuple irlandais.

Au coeur d'une altercation à la fin du match de barrages Irlande-France (0-1), disputé samedi à Dublin, le milieu de terrain tricolore Lassana Diarra a été accusé par certains adversaires et par le sélectionneur de l'Eire, Giovanni Trapattoni, d'avoir proféré des insultes à l'encontre du peuple irlandais, ce que nie le joueur du Real Madrid.Auteur une nouvelle fois d'une prestation impressionnante avec l'équipe de France, samedi à Croke Park à l'occasion du match aller des barrages de la Coupe du monde face à l'Irlande (1-0), Lassana Diarra a suscité la colère de ses adversaires à l'issue de la rencontre et pas seulement pour sa capacité à récupérer des ballons et à s'imposer dans les duels.A la fin du match, le joueur du Real Madrid a en effet été au centre d'une altercation avec plusieurs joueurs. Cité par le Daily Mirror, le milieu de terrain Keith Andrews revient sur cette épisode: "Au coup de sifflet final, je l'ai vu qui marchait vers moi et j'ai donc pensé qu'il allait me serrer la main. Mais, en fait, il m'a dit quelque chose qui m'a fait perdre mon sang-froid. On est seulement à la moitié du chemin et sortir quelque chose comme ça, c'est vraiment décevant. Tous les gars se souviendront de ça et nous verrons bien ce qui va se passer au match retour". Le tabloïd anglais n'hésite pas à en rajouter une couche en estimant que Lassana Diarra sera "un homme très surveillé" au Stade de France.Diarra: "Pourquoi j'irais parler du peuple irlandais ?"Le sélectionneur de l'Eire, Giovanni Trapattoni a lui aussi donné sa version des faits au micro de la BBC, expliquant que l'ancien joueur formé au Havre avait insulté "le peuple irlandais". "Un joueur a dit à l'un de mes joueurs quelque chose que je ne peux répéter. Je condamne le péché, mais pas le pécheur. Il n'avait pas le droit d'insulter le peuple irlandais comme ça". Malgré ses déclarations, le Trap a expliqué avoir refusé d'en référer à la FIFA: "Ce n'est pas dans mes habitudes. C'est déjà bien s'ils pensent à ce qu'ils ont dit et s'ils se rendent compte que c'est mal".Le principal intéressé a réfuté en bloc ces accusations: "Je ne sais pas pourquoi j'irais parler du peuple irlandais alors qu'on a gagné 1-0, a confié Diarra à l'AFP. Quand deux pays jouent une place pour la Coupe du monde, c'est toujours tendu. A la fin du match, il y a toujours un malheureux, et hier c'était eux. Je ne sais pas ce qui s'est passé. Les Irlandais venaient de perdre 1-0, ils n'étaient pas contents, donc c'était forcément de notre faute. Ça arrive: ils passent à côté de toi, ils cherchent (à nous faire prendre) un carton. Je crois que c'était Dunne avec le 8. Mais je ne me suis même pas pris la tête".Pour le Irish Independent, les joueurs Irlandais n'auront pas besoin de motivation supplémentaire. "Je ne sais pas s'ils nous respectent, mais ils devraient, s'ils ne l'ont pas fait avant" prévient Keith Andrews dans les colonnes du quotidien le plus vendu en Irlande. Les hostilités sont plus que jamais lancées avant le match retour prévu mercredi au Stade de France.