Diarra: "Je suis efficace"

  • A
  • A
Diarra: "Je suis efficace"
Partagez sur :

Préposé aux obligations médiatiques jeudi juste avant le dernier entraînement des Bleus à Tirana, Alou Diarra devrait, sauf surprise, débuter dans l'entrejeu vendredi face à l'Albanie, brassard de capitaine à la clé. Auteur d'un début de saison en demi-teinte avec sa nouvelle équipe de Marseille, l'ancien Bordelais défend pourtant son bilan aoûtien.

Préposé aux obligations médiatiques jeudi juste avant le dernier entraînement des Bleus à Tirana, Alou Diarra devrait, sauf surprise, débuter dans l'entrejeu vendredi face à l'Albanie, brassard de capitaine à la clé. Auteur d'un début de saison en demi-teinte avec sa nouvelle équipe de Marseille, l'ancien Bordelais défend pourtant son bilan aoûtien. Ce match en Albanie ressemble un peu au niveau du contexte et de l'adversaire à celui que vous avez joué début juin en Biélorussie (1-1), ce nul décevant a-t-il été une bonne leçon ? Oui, c'est une bonne leçon. On apprend toujours après des matches difficiles, on avait mis trente minutes pour rentrer dans le match, ça nous a été un peu fatal, car en rentrant bien dans le match, on aurait pu gagner 1-0. Maintenant, ça nous a servi de leçon, on sait à quoi s'attendre contre des équipes qui ne nous donnent rien, il faudra aller chercher les points, cette équipe d'Albanie fait partie de ce lot. Aimez-vous ce genre de match, avec beaucoup de duels et d'engagement ? Ce sont des matches dans un cadre un peu hostile où il faut montrer du caractère, oui, ce sont des matches que j'aime jouer, dans lesquels le caractère d'une équipe se forme. On doit répondre présent, faire un bon résultat, car en cas de succès, on augmente encore plus nos chances de qualification. C'est la dernière ligne droite, on n'a pas le droit à un faux pas. C'est un tournant. A nous de bien entamer le match car cela permet vraiment de faire la différence. Voyez-vous des similitudes entre ce match et celui de la Bosnie il y a un an ? Pas tout à fait, il y avait beaucoup de pression parce qu'on avait perdu le premier match à la maison (contre la Biélorussie, ndlr), là, ce match est très important, mais on l'aborde avec beaucoup plus de confiance, beaucoup plus de vécu ensemble. Notre objectif est de préserver notre première place et de se qualifier directement. Avec deux victoires (en Albanie et en Roumanie, ndlr), je pense qu'on aura un pied à l'Euro. Vous allez évoluer devant une charnière Kaboul-Abidal, qui a peu joué ensemble, cela accentue-t-il votre rôle de sentinelle devant la défense ? Disons qu'il faut accentuer la communication quand on n'a pas autant d'automatismes, mais je ne me fais pas de souci de ce côté-là. On a vu lors des derniers rassemblements que les nouveaux se mettent rapidement au niveau des anciens et prouvent qu'ils peuvent apporter leur petite touche. Je pense à Marvin (Martin) et Younès (Kaboul) qui sont très bien rentrés dans le bain et sur qui on peut compter. Vous pourrez aussi compter sur un Ribéry en bonne forme en ce début de saison, c'est important ? Oui, c'est important de compter Franck parmi nous, bien sûr, on sait ce qu'il fait dans son club, que c'est un joueur très important au Bayern Munich et ici, en équipe de France. On a l'impression qu'il est désormais plus à l'aise dans ce groupe... Il a toujours été à l'aise, mais c'est vrai qu'il y a un nouveau groupe, et il fait l'effort d'aller vers les gens, c'est très important. Il a un rôle à jouer à ce niveau-là, il a pas mal d'expérience, il fait office de plus ancien. Il a deux Coupes du monde et un Championnat d'Europe en termes d'expérience, il peut beaucoup apporter à ce groupe avec son vécu. "Ce serait bien de commencer à gagner" A titre personnel, avez-vous été surpris de ne pas jouer en août contre le Chili ? Non, pas surpris, j'étais en phase de préparation. Aujourd'hui, la situation est différente, j'ai des matches de compétition dans les jambes, je trouve que physiquement, je suis à très bon niveau. Maintenant, il y a des choix que l'on respecte. Comment vous sentez-vous après un mois de compétition ? Très bien. J'ai fait une bonne préparation avec mon club, ça permet d'avoir le coffre pour la saison et c'est très important pour un joueur. Cela n'empêche pas certaines critiques, ça vous agace ? Non. Mis à part les résultats difficiles, quand on regarde le contenu des matches, parce qu'il faut être objectif, ce n'est pas parce que mon équipe n'a pas encore gagné que forcément, tout va mal. Je trouve que j'ai de bonnes sensations, que je suis efficace dans mon rôle, après, ce serait bien de commencer à gagner. Quand les résultats reviendront, qu'on regoûtera à la victoire, je pense qu'on mettra un peu plus en lumière ce que les joueurs font. C'est juste dommage que le début de saison à Marseille soit gâché par ces petites absences qui nous font perdre des points. Car je pense que dans le contenu, il y a des bonnes choses, mais il faut corriger ces absences qui font qu'on laisse pas mal d'opportunités à nos adversaires et qui font qu'on le paie cash. Que manque-t-il à l'OM pour gagner ? Quand on regarde bien le contenu, comme lors du dernier match contre Lille, on voit que dans toutes les statistiques, on est au-dessus de cette équipe lilloise : on arrive à avoir la possession de balle, on a les meilleures occasions, mais au final, Lille gagne car on a eu des absences aux moments importants du match, c'est ça qu'il faut corriger. Etre agressif et savoir tenir un résultat, c'est important. On attendait des arrivées en fin de mercato, finalement, le groupe n'a pas bougé, qu'en pensez-vous ? Même si on allait recruter, ça n'allait pas dépasser plus d'un joueur. Mais on a déjà un bon groupe, on travaille bien ensemble. Après, les renforts, c'est toujours un plus, mais c'est à la demande du coach et du club...