Diarra doit-il être le capitaine des Bleus ?

  • A
  • A
Diarra doit-il être le capitaine des Bleus ?
Partagez sur :

Qui sera le prochain capitaine de l'équipe de France ? Laurent Blanc a désigné Alou Diarra lors des deux dernières rencontres en Bosnie puis face à la Roumaine (2-0). Pour autant, le sélectionneur des Bleus souhaite poursuivre sur son idée de capitanat tournant avec 3 à 4 joueurs concernés. La rédaction lance le débat sur l'idée de donner définitivement le brassard à Alou Diarra.

Qui sera le prochain capitaine de l'équipe de France ? Laurent Blanc a désigné Alou Diarra lors des deux dernières rencontres en Bosnie puis face à la Roumaine (2-0). Pour autant, le sélectionneur des Bleus souhaite poursuivre sur son idée de capitanat tournant avec 3 à 4 joueurs concernés. La rédaction lance le débat sur l'idée de donner définitivement le brassard à Alou Diarra. OUI - Alexandre Sarkissian (journaliste) Qualifié de sentinelle par Laurent Blanc quand les deux hommes travaillaient aux Girondins de Bordeaux il y a quelques mois encore, Alou Diarra évolue dans le même registre sous le maillot de l'équipe de France. Et « Le Président » a bien eu raison de lui confier le brassard. La nouvelle génération insufflée par le successeur de Raymond Domenech a besoin de joueurs d'expérience et le Girondin en possède suffisamment pour devenir le taulier des Tricolores jusqu'à l'Euro, si les qualifications se déroulent correctement. Finaliste de la Coupe du monde 2006 (il succède à Patrick Vieira quand ce dernier ce blesse) et champion de France (2007, 2009), Diarra dégage à 29 ans une maturité lui donnant une véritable légitimité dans le groupe. Sur le terrain, son activité, son impact physique et son jeu aérien, sont des qualités des plus précieuses devant la défense et sur les coups de pieds arrêtés, défensifs comme offensifs. Alou Diarra aurait été d'ailleurs bien utile contre la Biélorussie (0-1) à l'occasion de la première journée des éliminatoires de l'Euro 2012. Il n'y a pas de hasard. Depuis son retour dans le onze titulaire lors de la victoire en Bosnie le mois dernier (2-0), l'équipe de France affiche plus de sécurité dans le secteur de jeu du natif de Villepinte. Le milieu défensif l'a confirmé samedi contre la Roumanie avec la passe décisive pour le but de Loïc Rémy en forme de cerise sur le gâteau. On s'inquiétait de la baisse de forme de Jérémy Toulalan, en défense centrale en début de saison puis replacé dans l'entre jeu lyonnais, voilà un souci en moins pour Laurent Blanc. Avec Alou Diarra, épaulé par le prometteur Yann Mvila, les Bleus possèdent de sérieux atouts pour récupérer les ballons et relancer proprement le jeu. La sentinelle est bien armée et le brassard mérité. NON - Michael Balcaen (Rédacteur en chef adjoint) Alou Diarra vient de porter le brassard de capitaine à deux reprises. Cela pourrait laisser croire qu'il sera le prochain « vrai » capitaine des Bleus. La réponse est négative comme l'a confirmé Laurent Blanc dimanche matin en conférence de presse. Certes, Alou Diarra fait partie des favoris pour le capitanat des Bleus, Laurent Blanc le connaîssant parfaitement puisqu'il était son capitaine à Bordeaux. Mais cela ne suffit pas. D'ailleurs, si c'était aussi simple, la question du capitanat ne se poserait même pas et Blanc n'est pas du genre à lancer des sujets pour le plaisir. Imposer ses choix n'est en rien un problème à ses yeux, cela fait partie de ses prérogatives, il a toujours fonctionné ainsi. Alou Diarra, sentinelle efficace devant la défense en Bosnie (2-0) puis face à la Roumanie samedi (2-0), a rempli son contrat. Mais c'était également le cas de Philippe Mexès en Norvège ou encore Florent Malouda contre la Biélorussie. C'est sans doute ce qui pousse, à raison, Laurent Blanc à ne pas se précipiter dans son choix futur. "La décision de faire tourner le capitanat n'est pas farfelue", a d'ailleurs confirmé le sélectionneur qui se laisse jusqu'à la fin de la saison avant de prendre une décision définitive. Aujourd'hui, trois à quatre joueurs sont concernés par ce poste. "On ne va pas faire tourner sur les 11 joueurs, certains n'en sont pas capables et d'autres ne le veulent pas", ajoute-t-il. On sait que Blanc n'est pas convaincu par l'idée de nommer un capitaine qui soit gardien de but et finalement les mêmes noms reviennent dans la bouche des joueurs qui citent tous Malouda, Mexès et Diarra. Nasri a expliqué que ce rôle l'intéresse mais il doit d'abord devenir un incontournable en Bleu. Diarra, Malouda ou Mexès, le choix n'est pas tranché.