Dhorasoo, nouveau président de l'Entente

  • A
  • A
Dhorasoo, nouveau président de l'Entente
Partagez sur :

Vikash Dhorasoo a officiellement pris la relève de Luc Dayan à la présidence de l'Entente Sannois-Saint-Gratien. Le club francilien, fraîchement relégué en CFA, et son président sortant se sont fendus d'un communiqué mercredi soir pour annoncer la nouvelle. Parmi les premiers chantiers de l'ancien international, le dénouement du litige qui oppose depuis quatre ans l'Entente à la FFF et à la LFP.

Vikash Dhorasoo a officiellement pris la relève de Luc Dayan à la présidence de l'Entente Sannois-Saint-Gratien. Le club francilien, fraîchement relégué en CFA, et son président sortant se sont fendus d'un communiqué mercredi soir pour annoncer la nouvelle. Parmi les premiers chantiers de l'ancien international, le dénouement du litige qui oppose depuis quatre ans l'Entente à la FFF et à la LFP."Vikash Dhorasoo remplace Luc Dayan à la présidence de la SASP Entente SSG dont il envisage de devenir actionnaire à court terme."a indiqué dans un communiqué officiel, le club de Sannois et Saint-Gratien relégué en CFA au terme du précédent exercice. Un mois plus tôt, ce dernier avaitvu son projet de reprise du Havre, le club de ses débuts, rejeté à 97% par le conseil de surveillance havrais.A la tête de l'Entente, Vikash Dhorasoo n'a pas tardé à entrer dans le vif du sujet. Malgré le feu vert de la DNCG, le nouveau président a d'ores et déjà décidé de ne pas inscrire son équipe en CFA, attendant pour cela l'issue du "pourvoi en cassation déclenché par la FFF et la LFP". En février dernier en effet, la cour d'appel de Versailles avait ordonné à la Fédération française de football et à la Ligue d'indemniser l'ESSG à hauteur de 500.000 euros au titre d'un préjudice remontant à l'exercice 2004-05. Cette saison-là, le club de Valence, deuxième du championnat National mais en proie à de sévères difficultés financières, n'avait pas été autorisé à rejoindre l'échelon supérieur, pas plus que l'Entente qui, en tant que quatrième, aspirait légitimement à suppléer l'ASOA en Ligue 2. Une situation qui avait poussé les dirigeants de l'époque à saisir la justice, Vikash Dhorasoo reprenant aujourd'hui le flambeau "pour redemander réparation sportive aux instances de tutelle afin que l'équipe première soit intégrée en Ligue 2"