Deylaud-Lanta, clap de fin en juin

  • A
  • A
Deylaud-Lanta, clap de fin en juin
Partagez sur :

Comme les supporteurs agenais le redoutaient, Christian Lanta et Christophe Deylaud quitteront le SUA à la fin de la saison. Malgré la belle situation du club du Lot-et-Garonne en championnat, cinquième après 12 journées, les deux hommes, en contact avec Bayonne, ne se sont pas entendus avec Alain Tingaud, le président du SUA, qui a présenté ce mardi son plan pour les trois prochaines saisons.

Comme les supporteurs agenais le redoutaient, Christian Lanta et Christophe Deylaud quitteront le SUA à la fin de la saison. Malgré la belle situation du club du Lot-et-Garonne en championnat, cinquième après 12 journées, les deux hommes, en contact avec Bayonne, ne se sont pas entendus avec Alain Tingaud, le président du SUA, qui a présenté ce mardi son plan pour les trois prochaines saisons. S'ils en avaient le coeur, les supporteurs agenais pourraient en sourire. Comme promis depuis plusieurs semaines, Alain Tingaud, le président du SU Agen, a présenté ce mardi sa feuille de route pour les trois prochaines saisons, un plan « Pérennité SUA » dont l'objectif est d'inscrire durablement le club du Lot-et-Garonne en Top 14 grâce à une politique de "structuration croissante et de formation ambitieuse" pour reprendre les termes de son instigateur. Pérennité, l'intention est louable mais le terme pas forcément bien choisi alors que ce plan coïncide avec l'officialisation du départ de Christian Lanta et de Christophe Deylaud à la fin de la saison pour divergence de vue entre les deux parties... Les deux hommes avaient réservé la primeur de la nouvelle à leurs joueurs lundi en fin d'après-midi, à l'occasion de la séance de récupération programmée au retour du match de Challenge européen à Sale, où le SUA a concédé sa troisième défaite en quatre rencontres (21-41). "Je leur devais la vérité", se justifie Christian Lanta, le manager sportif du SUA, ce mardi dans les colonnes de Sud Ouest. Et s'en explique alors que lui a été proposé, ainsi qu'à son fidèle collaborateur depuis presque dix ans, une prolongation de contrat pour les saisons à venir. "J'attends leur réponse. La balle est désormais dans leur camp", répétait la semaine dernière, à la mi-temps du match contre Toulon, Alain Tingaud sur Canal+. Un match entre Darricarère-Milhas et Dal Maso-Prosper ? Dans les faits, Lanta et Deylaud, malgré le soutien de quelque 2500 signataires qui ont répondu à la pétition lancée par Ovalie 47, l'une des quatre associations de supporters du club créée en 2007, avaient pris leur décision depuis le 7 décembre dernier et prévenu leur président dès le lendemain. "La confiance est rompue, se justifie aujourd'hui le manager sportif du SUA. Depuis sept mois et le dernier match de la saison dernière, nous n'avons eu aucune collaboration et aucun entretien avec la direction du club, ni sur l'avenir du staff, ni sur un projet sportif quelconque. Par contre, on a appris la prolongation de contrat de certains joueurs sans en être officiellement informé (Muller, Fa'aoso et Monribot, ndlr). Comment peut-on procéder ainsi sans avoir déjà désigné le futur staff ? Cela ne me semble pas très cohérent et même contraire aux principes de base du management. Ce constat prouve qu'on est ni considérés, ni reconnus dans nos rôles et nos fonctions de manager sportif et entraîneurs de l'équipe pro du SUA." Et Lanta, qui ne réclamait que d'être décideur sur les choix sportifs et le recrutement, en tient pour preuve qu'il n'a pris connaissance du projet de son président que le 7 décembre dernier par... mail. "On nous met devant le fait accompli et c'est à prendre ou à laisser, regrette-t-il. Il me semble qu'on était légitimes pour participer et collaborer à l'élaboration d'un tel projet et pour donner notre avis sur la politique sportive du club. Tel n'a pas été le cas. On ne voudrait pas retenir ses entraîneurs, on ne s'y prendrait pas autrement. L'intérêt du projet devient second." La priorité du binôme, en poste jusqu'en juin, date de la fin de leur contrat, reste d'assurer la... pérennité du club parmi l'élite. "Si on maintient Agen une seconde année en Top 14, on aura réussi notre mission", conclut Lanta, qui avoue être en contact avec l'Aviron Bayonnais pour prendre, toujours accompagné de Deylaud, le relais de Jean-Pierre Elissalde, en simple intérim sur le banc de l'équipe basque. Pour les remplacer, les noms de Marc Dal Maso et Stéphane Prosper, en poste à Mont-de-Marsan, sont évoqués, comme ceux de David Darricarère et Serge Milhas, associés la saison dernière à la Rochelle et aujourd'hui respectivement à Dax et Biarritz. Un futur staff dont la principale mission sera de convaincre les actuels joueurs agenais, très liés à leurs entraîneurs, de ne pas mettre les voiles en fin de saison et risquer de mettre en péril la pérennité du club...