Deux semaines de la mode

  • A
  • A
Deux semaines de la mode
@ Maxppp
Partagez sur :

US OPEN - New York oblige, joueurs et joueuses ont soigné leur look.

Dernier Grand Chelem de la saison, l'US Open est traditionnellement un lieu où les joueurs aiment se faire remarquer une dernière fois dans la saison. Par le résultat, mais aussi par le look. Oublié le blanc parfois austère de l'été londonien, à New York, les tenues portées pendant les deux semaines de compétition font feu de tout bois. Sur le terrain mais aussi dans les tribunes. Finaliste du tournoi masculin face à Rafael Nadal, Novak Djokovic peut compter sur le soutien de ses parents. Et si vous ne connaissez pas Srdan et Dijana Djokovic, c'est facile, ils portent leur fils sur eux.

Le père de Novak Djokovic (630x420)

© Reuters

Finaliste pour la première fois à l'US Open, Rafael Nadal a une nouvelle fois fait l'actualité autant avec son tennis qu'avec son look. Il y a d'abord le polo jaune fluo, qui rappelle les plus "belles" tenues des années 1990 et puis cette coupe de cheveux, raccourcie, qui a affolé ses fans. Malgré ce rafraîchissement capillaire, il est amusant de constater que le Majorquin secoue ses cheveux comme s'il les avait encore longs. Pourtant, c'est bien connu, Nadal n'a pas de tics.

Rafael Nadal, à l'US Open (630x420)

© Maxppp

Chez les femmes, Kim Clijsters a remporté son deuxième US Open consécutif. Mais avec son look gentil de mère de famille, la Belge n'a pas alimenté la rubrique mode du tournoi. Pour cela, il fallait se tourner vers la tête de série n°1, la Danoise Caroline Wozniacki, éliminée en demi-finales par Vera Zvonareva. Et vers sa robe, presque aussi courte que la chevelure de Nadal, qui a fait parler. "Je pense que c'est sympa", a réagi "Caro", se félicitant d'augmenter son "nombre de fans masculins".

Caroline Wozniacki, à l'US Open (630x420)

© Maxppp

On suppose que c'est aussi le cas de Venus Williams, qui n'a jamais caché son attrait pour la mode et les belles robes. Elle avait déjà fait parler d'elle lors de l'Open d'Australie avec une skinny dress fluo puis à Roland-Garros avec une tenue flirtant avec la nuisette. À New York, elle a mixé les deux pour ce résultat assez surprenant, forcément bien adapté à la session de nuit. Mais cette robe de gala n'a pas suffi à l'Américaine, elle aussi sortie en demi-finales, par la plus sage Kim.

Venus Williams, à l'US Open (630x420)

© Reuters