Despres ne perd pas le nord

  • A
  • A
Despres ne perd pas le nord
Partagez sur :

Alors que la piste du Dakar s'orientait vers le Nord, Cyril Despres a déboussolé plus d'un concurrent ce lundi. Lauréat de la première spéciale après la pénalité infligée à Ruben Faria, le Francilien a confirmé son excellent début de rallye en s'imposant à San Miguel de Tucuman, devant Marc Coma et David Casteu. Carlos Sainz en a fait autant aux dépens de Stéphane Peterhansel au volant de son Touareg.

Alors que la piste du Dakar s'orientait vers le Nord, Cyril Despres a déboussolé plus d'un concurrent ce lundi. Lauréat de la première spéciale après la pénalité infligée à Ruben Faria, le Francilien a confirmé son excellent début de rallye en s'imposant à San Miguel de Tucuman, devant Marc Coma et David Casteu. Carlos Sainz en a fait autant aux dépens de Stéphane Peterhansel au volant de son Touareg. Cyril Despres ne pouvait rester sur une victoire par défaut. Proclamé vainqueur de la spéciale inaugurale après la pénalité d'une minute encaissée par un Ruben Faria coupable d'un excès de vitesse entre Victoria et Cordoba, le tenant du Dakar a enfoncé le clou à la régulière, ce lundi, sur la piste qui menait la caravane vers le nord de l'Argentine et San Miguel de Tucuman. Parti en éclaireur et leader à chaque pointage, le pilote KTM a alors adressé un message on ne peut plus clair à la concurrence. "J'avais de bonnes sensations donc j'ai décidé d'attaquer un peu dans la deuxième partie en faisant attention aux pneus parce qu'aujourd'hui j'ai presque fini à la corde, déclarait l'intéressé peu après l'arrivée sur le site officiel de la course. Le plus important est de prendre le bon rythme, d'avoir les bons repères..." Le bon rythme, Cyril Despres l'a assurément trouvé, du haut de ses deux succès d'étapes - les 24e et 25e de sa carrière sur le plus redouté des rallyes-raids. Après "300 km de slalom géant" ce lundi et les 192 bornes humides de dimanche, le triple lauréat de l'épreuve compte déjà 2'35 d'avance sur son grand rival annoncé, l'Espagnol Marc Coma, relégué à 1'49 ce jour encore. Ruben Faria complétant le podium à distance raisonnable (6'13). Troisième à San Miguel de Tucuman, à 3'46 du temps scratch, David Casteu réalise sur Sherco l'autre bonne opération de cette deuxième spéciale, passant de la 12e à la 6e place au classement général des deux roues, derrière Francisco Lopez et Paulo Gonçalves. Auto-Moto, même combat ! Comme Cyril Despres, Carlos Sainz a signé le doublé ce lundi au volant de son Touareg. Sur les portions larges et rapides très typées WRC qui séparaient Cordoba de Tucuman, l'ancien champion du monde des rallyes s'en est donné à coeur joie, parvenant à contenir un Stéphane Peterhansel pourtant agressif sur son X3. Pointé à 50 secondes au premier passage obligatoire, le pilote BMW a eu beau reprendre du temps à l'Espagnol au deuxième point de contrôle, "El Matador" a fait la différence dans le dernier tronçon, s'imposant au final avec 1'34 d'avance sur le "Cannibale" - Nasser Al-Attiyah intercalant sa Volkswagen entre les deux hommes, à 1'03 de la gagne. A la faveur de cette nouvelle démonstration de force, Carlos Sainz s'appuie désormais sur un matelas de 3'05 plutôt confortable après deux spéciales seulement. Pour Stéphane Peterhansel, la menace Nasser Al-Attiyah se fait plus précise, le Qatari n'accusant plus que 14 secondes de retard sur l'ancien motard. En revanche Mark Miller, quatrième hier, est décroché. Parti à la faute dès le 45e kilomètre ce lundi, l'Américain a froissé la tôle de son Touareg et perdu plus de 50 minutes dans la bataille, en deux fois... Annoncée "accessible", cette première semaine du Dakar n'est manifestement pas évidente pour tout le monde.