Despres grappille, "Peter" s'enfonce

  • A
  • A
Despres grappille, "Peter" s'enfonce
Partagez sur :

Ramenée à 273 km au lieu des 631 km initialement prévus, la 7e étape du Dakar 2011 a fait le bonheur des uns et le malheur des autres ce dimanche. Si Cyril Despres s'est de son propre aveu régalé en moto, reprenant du temps à Marc Coma au classement général malgré la victoire de "Chaleco", Stéphane Peterhansel a vécu une nouvelle journée difficile en auto. Avec de longues minutes perdues sur Nasser Al-Attiyah et Carlos Sainz.

Ramenée à 273 km au lieu des 631 km initialement prévus, la 7e étape du Dakar 2011 a fait le bonheur des uns et le malheur des autres ce dimanche. Si Cyril Despres s'est de son propre aveu régalé en moto, reprenant du temps à Marc Coma au classement général malgré la victoire de "Chaleco", Stéphane Peterhansel a vécu une nouvelle journée difficile en auto. Avec de longues minutes perdues sur Nasser Al-Attiyah et Carlos Sainz. Ils étaient trop nombreux, samedi, à avoir rejoint le bivouac d'Arica avec plus de 24 heures de retard pour que les organisateurs maintiennent ce dimanche les 631 km initialement programmés. En ce lendemain de journée de repos qui n'en avait que le nom pour le gros de la caravane, les responsables du plus corsé des rallyes-raids s'étaient décidés à ramener le parcours du jour à 273 km. Un geste globalement apprécié, salué notamment par un Cyril Despres qui n'a pas perdu son temps sur la route du Pacifique. "Aujourd'hui, ça a été une des plus belles journées type rallye raid-enduro que j'ai vécues dans ma vie, réagissait l'intéressé sur le site officiel de la course sitôt descendu de sa machine. C'était non seulement beau mais en plus super sympa à rouler. Donc une bonne journée, même au niveau sportif. On se demandait ce matin si avec 272 km, on allait être rassasié, et bien la réponse est oui !" Deuxième du jour, Cyril Despres a eu beau s'incliner devant un Francisco Lopez intouchable sur son Aprilia - Chaleco s'offrant là sa première victoire sur l'édition 2011 après avoir fait les frais jeudi du reclassement du Portugais Paulo Gonçalves - le Français réalise sans conteste l'une des bonne opérations de cette 7e étape. Repoussé à 2'21 du Chilien, le leader du team KTM bleu a su tirer profit de son aisance dans les spéciales typées enduro pour reprendre 1'24 à un Marc Coma qui n'a manifestement pas partagé le plaisir de son rival ce dimanche. "Dans la première partie j'ai souffert car j'étais derrière Ruben Faria et j'ai eu beaucoup de poussière et du mal à le dépasser. Mais dans la dernière partie, dans les dunes, j'ai pu rouler à mon rythme. C'était une étape très technique, de pur trial parfois." Résultat, Cyril Despres ne compte plus que 7'24 de retard sur le Catalan. Autant dire pas grand-chose alors que près de 2200 km chronométrés restent à parcourir dans ce Dakar 2011. Peterhansel perd du terrain 2200 km... et combien de crevaisons encore pour Stéphane Peterhansel ? Guère épargné niveau pneumatiques depuis le départ de Buenos Aires, le pilote BMW, harcelé par la guigne vendredi, a de nouveau connu une journée noire ce dimanche. Victime d'une crevaison dès le kilomètre 15, le nonuple vainqueur de l'épreuve, déjà pointé à 4'44 de la tête après 40 bornes, a fini loin, très loin de la gagne aujourd'hui. Relégué à 7'40 de Nasser Al-Attiyah, alors vainqueur de sa deuxième étape cette année - la 10e de sa carrière sur le Dakar - "le Cannibale" a surtout concédé 6'20 de plus au leader Carlos Sainz. Bien que deuxième à l'arrivée, le "Matador" ne faisait pas la fine bouche à la sortie de son Touareg troisième génération, conscient que son coéquipier qatari était au-dessus du lot ce jour dans les sables chiliens: "Ce n'était pas facile d'ouvrir aujourd'hui. Il y avait notamment une section de dunes très délicates à négocier. [...] Je suis content finalement. C'est une bonne journée, j'en suis convaincu." Et tandis que Nasser Al-Attiyah, revenu à 1'22 de l'Espagnol, promettait: "A partir de maintenant, je vais vraiment attaquer", Stéphane Peterhansel tombait à 21'11 de la première place, menacé désormais sur la troisième marche du podium par un Giniel De Villiers distant de 11 minutes seulement. Au lendemain de l'accident fatal à la Mini Coutryman de Guerlain Chicherit, en pleine journée de relâche, le team X-Raid-BMW n'avait pas besoin de cela...