Desjoyeaux élu Marin de l'année

  • A
  • A
Desjoyeaux élu Marin de l'année
Partagez sur :

VOILE - Déjà lauréat en 2001 et 2007, Michel Desjoyeaux, vainqueur du dernier Vendée Globe, a été élu Marin de l'année 2009.

Vainqueur du dernier Vendée Globe, Michel Desjoyeaux a été élu Marin de l'année 2009 lundi à l'issue de la traditionnelle Soirée des Champions organisée par la Fédération Française de Voile.N'allez pas croire qu'il soit blasé. Lui qui a tout gagné ou presque en solitaire (le Vendée Globe en 2001 et 2009, la Route du Rhum en 2002, la Transat Anglaise en 2004 et la Solitaire du Figaro en 1992, 1998 et 2007) peut encore goûter avec une joie et une émotion sincères la reconnaissance de ses pairs. Déjà distingué en 2001 et 2007, Michel Desjoyeaux a été élu Marin de l'année 2009, un prix qu'il a reçu lundi soir sur la scène du théâtre Edouard VII de Paris à l'occasion de la traditionnelle Soirée des Champions organisée par la Fédération Française de Voile, succédant au palmarès à Francis Joyon."C'est assez impressionnant, a confié le skipper de Foncia, honoré pour sa deuxième victoire dans le Vendée Globe, lundi soir devant 700 personnes. Jamais deux sans trois... C'est le résultat d'une passion de tous les instants. Je suis ému. (Les applaudissements du public l'encouragent à continuer, ndlr). C'est des grands moments passé pas toujours à la maison. Ma chérie est là donc merci de me soutenir. Et puis, c'est une passion, beaucoup de temps passé sur l'eau, c'est la passion aussi de la technologie, c'est de belles histoires avec des sponsors. Je ne suis pas près de prendre ma retraite, au grand désespoir de certains de mes concurrents. A chaque fois, c'est un plaisir d'être en mer. Même cette année, si j'ai souffert sur la solitaire du Figaro, j'ai eu du plaisir à y retourner. Ce n'est que du bonheur et ça fait chaud au coeur d'être couronné et distingué une fois de plus au milieu de cette grande famille qui est celle de la compétition à la voile. C'est top, merci."Albeau, le challengerDéjà élu sportif de l'année par l'Union des Journalistes de Sport en France (UJSF), un prix qui lui sera remis le 11 décembre à Courchevel dans le cadre de la proclamation du palmarès de la presse sportive française, le skipper de la Forêt-Fouesnant s'est dit surpris d'avoir été plébiscité alors qu'il était en compétition avec Pascal Bidégorry, auteur avec son équipage d'un nouveau temps de référence sur la traversée de l'Atlantique, Antoine Albeau, champion du monde de slalom en windsurf, et l'équipe de France championne du monde des jeunes lors des Mondiaux ISAF."Pour le coup, c'est une vraie surprise, a-t-il assuré. Il y a deux ans, je l'avais appris un peu avant, j'étais en mer pendant la transat Ecover B to B, et c'était un peu dur d'avoir le texte et l'émotion. Tout à l'heure, j'ai reçu un texto de Yannick Perrigot qui s'occupe de la communication pour Foncia me disant que c'était Pascal. Alors Pascal, j'aurais été très content pour toit et on équipage parce que vous avez fait un super record. J'aurais trouvé très mérité que ce soit les autres, Antoine (Albeau) ou encore l'équipe de jeunes. Mais alors, je ne pensais pas que ce serait moi. Heureusement que je n'étais pas dans le jury cette année car ça a dû être très dur."Pas facile en effet pour le jury, composé de 18 personnalités et présidé par Christine Janin, médecin et alpiniste, première Française à avoir gravi l'Everest, de dégager le lauréat lors des délibérations lundi midi dans les locaux du quotidien L'Equipe. Si Pascal Bidégorry et ses hommes, de passage à Paris pour recevoir tout de même un prix dans la catégorie «record» avant de reprendre la route de Brest où ils sont au stand-by, prêts à prendre le départ du Trophée Jules-Verne, ont impressionné par leur vitesse sur l'Atlantique, c'est Antoine Albeau, nommé depuis de nombreuses années mais jamais élu, qui serait passé tout près de la consécration, à deux voix près..."C'est surtout l'an passé avec la saison que j'ai faite (champion du monde, record de vitesse, ndlr), que j'aurais pu être élu, nous confiait-il en mai. Mais c'est vrai que par rapport à des personnes qui font un tour du monde pendant trois mois, ce n'est pas le même sport... Moi je ramène énormément de titres, eux leur bateau après un tour du monde..."