Deschamps: "Ne pas banaliser l'évènement"

  • A
  • A
Deschamps: "Ne pas banaliser l'évènement"
Partagez sur :

Un an après la victoire de l'OM en Coupe de la Ligue, Didier Deschamps est de retour au Stade de France, pour défendre son titre. Pour cette finale face à Montpellier, samedi, le coach olympien espère que ses joueurs resteront concernés par le gain de ce trophée, qui apporterait un surplus de confiance, avant le sprint final en championnat. Le technicien en a profité pour critiquer la décision de suspendre Loïc Rémy pour trois matches.

Un an après la victoire de l'OM en Coupe de la Ligue, Didier Deschamps est de retour au Stade de France, pour défendre son titre. Pour cette finale face à Montpellier, samedi, le coach olympien espère que ses joueurs resteront concernés par le gain de ce trophée, qui apporterait un surplus de confiance, avant le sprint final en championnat. Le technicien en a profité pour critiquer la décision de suspendre Loïc Rémy pour trois matches. Didier, heureux de revenir au stade de France ? C'est toujours un endroit que j'apprécie, même si j'y reviens moins souvent qu'il y a quelques années. Y revenir deux ans de suite, c'est un plaisir énorme, pour moi, le staff, les supporters et les clubs. L'an passé, la victoire avait boosté votre fin de saison en championnat, et plombée celle de Bordeaux, y a-t-il un risque que cela vous arrive ? Déjà, c'est différent, c'était un mois avant, donc il y avait plus de matches à jouer. On le sait un résultat positif amènerait plus de confiance et de sérénité, mais ce sont deux compétitions différentes. Tous nos esprits sont focalisés sur samedi. Seulement après on basculera sur le championnat. René Girard considère que l'OM est favori, est-ce que ça vous convient ? Si ça ne me convient pas, il ne changera pas d'avis (rires). Je n'ai pas de problème avec ça. Montpellier a sa chance aussi. Sur le papier, favori, pas favori, l'explication viendra sur le terrain. Mais je n'ai pas de problème avec l'étiquette de favori. "La sanction pour Rémy est sévère" Comment avez-vous géré le fait de jouer Montpellier deux fois en une semaine ? C'est un hasard du calendrier, et ce n'est pas l'idéal. Il y a un match qui a livré son verdict dimanche, maintenant c'est un autre match. Le temps a été court, Montpellier nous connaît, et vice versa. Je n'aurai pas besoin de rafraîchir la mémoire des joueurs. Mais le contexte est différent au Stade de France, et ça sera autre chose. Que pensez-vous de la sanction infligée à Loïc Rémy ? La sanction de Loïc est lourde et sévère. Son geste est condamnable, c'est une réaction, mais trois matches, c'est beaucoup. Après je ne veux pas rentrer dans de longs discours, mais je considère qu'il y a eu une petite gifle, quelques paroles. Mais parfois pour des tacles dangereux avec blessures, les sanctions sont plus légères, alors que ça atteint l'intégrité physique du joueur. J'espérais que la commission prenne en compte cela, mais voilà. Ça sera également préjudiciable pour la suite, dans un secteur ou j'ai déjà perdu pas mal de joueurs. Ressentez-vous le fait qu'il y ait moins d'effervescence que l'an passé à Marseille ? C'est la réalité. L'an passé, cela faisait longtemps que l'OM n'avait pas gagné de titres, ce qui expliquait cette effervescence. Mais cette année, je pense que le stade sera plein également. L'important pour nous, c'est de ne pas banaliser l'évènement, ça reste un titre à aller chercher. On a eu trois matches avant pour se qualifier. On a été chercher notre qualif' à Auxerre. Il n'y aura pas les mêmes festivités, c'est sûr, car on joue un match mercredi, mais ça reste quelque chose d'important. VIDEO L'OM a-t-il envie de remporter la Coupe de la Ligue" ? La réponse ambiguë de Didier Deschamps