Deschamps: "Le contexte suffit"

  • A
  • A
Deschamps: "Le contexte suffit"
Partagez sur :

Dans un climat apaisé entre les deux clubs depuis quelques bonnes années, cet OM-PSG ne mettra que trois points en jeu, selon Didier Deschamps. L'entraîneur marseillais, s'il concède que le "Clasico" version française reste un match spécial, estime qu'une victoire des siens en conclusion de la 28e journée n'effacera certainement pas la frustration de l'élimination devant MU en Ligue des champions.

Dans un climat apaisé entre les deux clubs depuis quelques bonnes années, cet OM-PSG ne mettra que trois points en jeu, selon Didier Deschamps. L'entraîneur marseillais, s'il concède que le "Clasico" version française reste un match spécial, estime qu'une victoire des siens en conclusion de la 28e journée n'effacera certainement pas la frustration de l'élimination devant MU en Ligue des champions. Ce n'est pas très original de dire que cette 28e journée est importante pour l'OM mais peut-être un peu plus importante que d'habitude parce l'adversaire s'appelle Paris. Est-ce votre sentiment ? Le PSG est un adversaire direct dans la course à la Ligue des champions, alors oui, ce match est important. Si on s'imposait, on les mettrait en plus à six points. C'est intéressant mais ça ne sera pas décisif, même s'il ne restera derrière que 10 journées. Gagner serait une belle opération, comme on l'avait fait contre Rennes. C'est beau, comme ça l'est moins quand vous perdez contre Lille à la dernière minute... Que faut-il craindre chez les Parisiens ? Leur qualité offensive. Je les ai vus contre Benfica, ils n'ont peut-être pas eu d'efficacité mais ils sont capables de créer des problèmes. Ce n'est pas le hasard si cette équipe fait un bon championnat. Contre Benfica, ils n'avaient pas l'air en manque de motivation, je les ai vus jouer avec beaucoup d'agressivité. Il y avait un adversaire de qualité et ils ont poussé jusqu'au bout. Je m'attends dimanche à un PSG avec la même détermination. Ils ont joué jeudi, l'OM mardi, ils risquent de manquer de jus. Est-ce un avantage ? Lille avait également, soit disant, laissé du jus contre Lorient après une prolongation. On a vu ce que ça a donné. Ça nous est arrivé l'année dernière. Après l'élimination par Benfica en Ligue Europa, on avait fait une bonne perf' contre Lyon trois jours plus tard. Le groupe a-t-il digéré l'élimination devant Manchester United ? J'ai laissé aux joueurs les deux derniers jours (mercredi et jeudi, ndlr) pour éliminer le sentiment de déception et les regrets que nous avions mardi. C'est logique qu'il y ait une décompression, maintenant, vendredi et samedi on va basculer sur ce match contre le PSG. On vous a senti moins marqué que les Lyonnais, éliminés par Madrid. La fin de l'aventure européenne peut-elle servir à l'OM de tremplin pour le sprint final en championnat ? Ce n'est pas le même match. Il y a eu de la déception et des regrets et ce n'est pas la manière qui va me consoler. Sur les deux matches, il n'y a pas eu de différence criante entre Manchester et nous. On a la sensation de ne pas avoir tout bien fait mais d'avoir fait peur à MU en fin de rencontre. Cette parenthèse européenne se ferme et ça doit servir. "Battre Paris, n'effacera pas la frustration" Ce match contre Paris tombe-t-il à pic ? Je ne sais pas mais je n'ai pas besoin de passer du temps à motiver mes joueurs. Le contexte suffit, et tout ce que ça représente pour les supporters. C'est une bonne occasion pour rebondir mais pas pour effacer l'élimination. Je le répète, on va se replonger dans ce qui est notre priorité depuis le début de saison: se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. On ne reviendra jamais en arrière. Battre Paris, n'effacera pas la frustration, ce seront trois points importants en jeu. Gignac se retrouve à nouveau en difficulté. Comment le vit-il ? Comment il le ressent et comment il le laisse paraître, c'est une donnée à prendre en compte. Il est aussi dans l'apprentissage, la Ligue des champions va lui servir d'expérience. Il a découvert la compétition avec l'OM même s'il avait fait le tour préliminaire avec Toulouse. Je ne vois pas quelqu'un qui me donne l'impression de douter. De toute façon, il s'améliorera avec le temps. L'absence de Brandao pose-t-elle un souci tactique ? Gignac était plutôt à l'aise à gauche, moins quand il est au centre... C'est une question d'animation offensive, Brandao n'est pas dispo, je fais sans. J'avais placé "Dédé" Gignac à gauche pour qu'il ait plus de liberté, il a joué aussi dans l'axe. Brandao doit revenir mardi, il est parti se ressourcer en famille et il fera un point avec le président avant la possibilité de pouvoir s'entraîner, on verra. Que répondez-vous à la lettre des Winners ? (1) La chose la plus importante, et l'on est unanime au club, est que l'on bien conscient d'avoir reçu un soutien formidable à Old Trafford. Je n'ai pas de souci particulier, il y a un respect envers ces personnes qui font des efforts économiques pour venir nous supporter. Je sais qu'ils seront là dimanche et qu'on fera tout pour leur faire plaisir. Un dernier mot sur Lucho. Comment va-t-il ? (2) Il est perturbé, forcément. Lui et sa compagne sont choqués après une telle situation. Ce sont des mauvaises choses qui peuvent arriver. Psychologiquement, c'est traumatisant. Quant à sa participation pour dimanche, on va voir avec lui. 1 Une des associations de supporters de l'OM a demandé des excuses publiques à Didier Deschamps et à ses joueurs après le match Manchester United-Marseille. Les Winners estiment que le coach olympien et les siens leur ont manqué de considération. 2 Le milieu de terrain argentin a été victime dans la nuit de jeudi à vendredi (4 heures) d'un home-jacking. Quatre hommes armés et cagoulés ont pénétré chez Lucho pour lui soutirer des bijoux et autres CB avant de partir avec sa voiture.