Deschamps a les clés

  • A
  • A
Deschamps a les clés
Partagez sur :

L'évincement de Jean-Claude Dassier à la présidence de l'OM, reprise par Vincent Labrune, a pour conséquence une simplification de l'organigramme du club. Didier Deschamps y voit son statut renforcé. Prolongé jusqu'en 2014, l'entraîneur marseillais a désormais un pouvoir décisionnaire sur le recrutement, dont José Anigo est officiellement toujours chargé.

L'évincement de Jean-Claude Dassier à la présidence de l'OM, reprise par Vincent Labrune, a pour conséquence une simplification de l'organigramme du club. Didier Deschamps y voit son statut renforcé. Prolongé jusqu'en 2014, l'entraîneur marseillais a désormais un pouvoir décisionnaire sur le recrutement, dont José Anigo est officiellement toujours chargé. Le mistral est tourbillonnant. Il y a quelques jours à peine, au lendemain de la dernière journée du championnat, il avait failli envoyer valdinguer toutes les certitudes accumulées par l'OM ces deux dernières saisons, avec les départs déjà actés de Taye Taiwo et Gabriel Heinze ainsi que celui en pourparlers de Lucho Gonzalez. Au point que l'avenir de Didier Deschamps semblait scellé, très loin de Marseille. Mais une bourrasque a finalement ramené l'entraîneur phocéen à la raison et éjecté de son siège le président du club, Jean-Claude Dassier, remplacé jeudi par Vincent Labrune. Si le nouvel organigramme de l'Olympique de Marseille est simplifié, Antoine Veyrat ayant lui aussi été emporté, Didier Deschamps voit son statut renforcé. Prolongé jusqu'en juin 2014, lui que l'on annonçait à l'AS Roma ou à Chelsea, le technicien basque a désormais les clés du secteur sportif en main, même si officiellement José Anigo est toujours chargé du recrutement. En quoi Jean-Claude Dassier était-il un frein pour lui ? Il faut remonter à l'été dernier pour le comprendre, le désormais ex-président olympien ayant très mal géré le transfert de Mamadou Niang au Fenerbahçe, un départ non souhaité par "D.D.". La cohabitation entre les deux hommes était du coup devenue compliquée, ce qui explique aussi pourquoi Didier Deschamps a un temps tergiversé. "On a choisi Deschamps contre Dassier. Les deux ne se parlaient plus. Autant de tension, cela rendait cette décision prévisible", a révélé un membre du conseil de surveillance de l'OM dans les colonnes du Parisien. Jean-Claude Dassier avait d'ailleurs été tenu à l'écart des négociations pour la prolongation du contrat de l'ex-capitaine des Bleus, qui en a discuté directement avec Vincent Labrune et l'actionnaire majoritaire Margarita Louis-Dreyfus. Sans cet obstacle hiérarchique, "D.D." ayant à présent la totale confiance du nouveau patron du club, Marseille peut redevenir ambitieux. Alou Diarra "attiré" par l'OM Dans le vestiaire, l'aura de l'entraîneur olympien est décuplée auprès des joueurs, qui craignaient de le voir s'en aller. "Il devait partir, il prolonge de deux ans, donc je pense que c'est une bonne chose, a reconnu Mathieu Valbuena. Il nous a inculqué la culture de la gagne, Marseille attendait un titre depuis je ne sais pas combien de temps, c'est donc une bonne chose pour l'OM. Maintenant, on verra le recrutement." Qui a déjà commencé avec l'arrivée, sans frais, de Morgan Amalfitano. Et qui pourrait se poursuivre avec celle d'Alou Diarra, un joueur que Didier Deschamps voulait faire venir en 2010 mais Jean-Claude Dassier, en concertation avec les membres du conseil de surveillance, avait dû s'y opposer, jugeant l'opération trop chère. Relancé ces derniers jours, le milieu de terrain de Bordeaux n'a pas caché que le challenge olympien le tentait toujours. "Mon transfert, j'aurai le temps d'y penser demain (vendredi), mon agent me tiendra au courant, a déclaré le capitaine de l'équipe de France après le match amical des Bleus en Pologne (1-0). Je suis pressé d'être fixé, mais je sais que des négociations peuvent prendre quelques jours, je suis optimiste. L'OM fait partie de mes envies. Ma priorité ? On verra, je n'ai pas encore discuté avec le club, je vais peser le pour et le contre et essayer de prendre la meilleure décision. J'ai toujours dit que Marseille avait les ingrédients pour m'attirer: un grand public, des ambitions élevées, un bon groupe, un gros stade, la Ligue des champions." Et un entraîneur qui pèse de plus en plus lourd au sein du club.