Desailly ne croit pas aux Bleus

  • A
  • A
Desailly ne croit pas aux Bleus
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Le défenseur champion du monde reste sceptique.

EQUIPE DE FRANCE - Le défenseur champion du monde reste sceptique.Desailly n'y croit pasMarcel Desailly, champion du monde 1998 et qui a terminé sa carrière chez les Bleus par une élimination en quarts de finale de l'Euro 2004, ne voit pas les Bleus briller en Afrique du Sud, au contraire. C'est ce qu'il avait confié dimanche. (*) Gignac a répondu ce lundi: "On passera le premier tour. Il a tout gagné, je n'ai rien à dire contre Marcel Desailly. Ce n'est facile bien sûr quand on entend ce genre de propos, mais il faut faire abstraction, se dire qu'on est à la Coupe du monde, que c'est un événement fantastique."Govou: "On a quelques doutes"Trois jours après la défaite surprise concédée à La Réunion face à l'équipe bis de la Chine (1-0), Sidney Govou a livré lundi ses sentiments sur ce que ressentait les Bleus avant leur entrée dans la compétition, vendredi contre l'Uruguay au Cap. "Quand on voit les derniers matches, c'est vrai qu'on a quelques doutes. Mais si on arrive à gommer les imperfections, quand ça va prendre, on aura l'avantage d'être passés par ces moments compliqués et on sera encore plus forts.". A Lire : Les vérités de Govou.Le bonheur de GignacPendant ce temps-là, André-Pierre Gignac savourait sa première participation à une Coupe du monde. "Il ne faut pas oublier d'où on vient. Il y quatre ans, j'étais à Pau en National, aujourd'hui je suis là en Afrique du Sud à la Coupe du monde, ce n'est que du bonheur. Je remercie le Bon Dieu tous les jours. Je suis dans de bonnes conditions, je représente mon pays et je suis à côté de grands joueurs." Lire "On croit en nous"Abidal dispensé d'entraînementLes Bleus étaient bien au rendez-vous de l'entraînement lundi après-midi, sauf Eric Abidal. Le latéral gauche du FC Barcelone, prévu pour former avec William Gallas la charnière centrale de la défense des Bleus lors du mondial sud-africain, ne s'est pas présenté pour des raisons de santé. L'encadrement de l'équipe de France a toutefois précisé qu'il n'y avait pas d'inquiétude à nourrir à propos d'Eric Abidal, déclarant simplement "il n'est pas bien" comme raison de son absence sur le terrain mis à la disposition de l'équipe de France.Le camp retranché des BleusL'équipe de France peut s'entraîner bien tranquillement à Knysna. Pour arriver jusqu'au terrain réservé aux Bleus, les journalistes accrédités doivent prendre des navettes spécialement prévues à cet effet par l'organisation et ensuite passer par 4 contrôles de police. Le premier réunissant pas moins de 6 voitures sur une route à une voie... Les différents passages franchis, y compris celui de l'hôtel, les suiveurs de Bleus ont eu droit ce lundi aux 15 minutes réglementaires du haut d'une des buttes qui surplombe le terrain. Knysna de toutes les couleursSi la ville côtière fait la part belle à la France et au Danemark, dont les équipes sont pensionnaires, les autres pays ne sont pas pour autant oubliés. Dans tous les commerces, restaurants et lieux publics, les drapeaux des 32 équipes engagées dans le Mondial sont à bonne enseigne. Toute la population est mobilisée pour l'événement et l'accueil des étrangers est des plus chaleureux, notamment ce lundi sous un ciel totalement bleu. Au moins jusqu'au France-Afrique du Sud du 22 juin... * Dans une chronique dans « The Sunday Times », l'ex-défenseur central et capitaine des Bleus a écrit: " La jeune génération doit un enthousiasme supplémentaire mais ce n'est pas ce que je vois. Quand on a été champions du monde en, 1998, il y avait des joueurs d'expérience et de la maturité. Là, il y a de bons joueurs, meilleurs que nous, mais pas de leaders dans l'âme comme peut l'être Patrice Evra."