Des Verts bien pâles

  • A
  • A
Des Verts bien pâles
Partagez sur :

Après un mois d'octobre poussif marqué par une absence de succès en Championnat, l'AS Saint-Etienne a perdu de sa superbe en même temps que les commandes du classement de la Ligue 1. Samedi contre Lorient, une équipe qui n'a pas réussi aux Verts ces dernières saisons, les hommes de Christophe Galtier tenteront de se rassurer.

Après un mois d'octobre poussif marqué par une absence de succès en Championnat, l'AS Saint-Etienne a perdu de sa superbe en même temps que les commandes du classement de la Ligue 1. Samedi contre Lorient, une équipe qui n'a pas réussi aux Verts ces dernières saisons, les hommes de Christophe Galtier tenteront de se rassurer. C'était il y a à peine plus d'un mois et cela semble déjà si loin. Comme si cette soirée du 25 septembre et ce derby gagné sur le terrain de Lyon (1-0) n'était plus qu'un lointain souvenir pour une équipe de Saint-Etienne qui, de leader de la Ligue 1 après son braquage de Gerland, est progressivement revenu sur terre tout en quittant le podium. La faute à un mois d'octobre raté, marqué par la prise de deux points sur douze possibles en Championnat grâce à deux matches nuls contre l'OM (1-1) et Caen (1-1). La réaction stéphanoise est donc attendue ce samedi à Geoffroy-Guichjard à l'occasion de la réception du FC Lorient dans le cadre de la 12e journée de L1. Des Merlus qui ont pris la bonne habitude de se sentir comme des poissons dans l'eau dans le Chaudron, les Bretons restant sur deux visites victorieuses dans le Forez (2-0 en 2009 et 4-1 en 2008). "Je n'accorde aucune crédibilité à ce genre de statistique", nuance d'emblée l'entraîneur lorientais Christian Gourcuff, interrogé sur le site officiel des Verts. "Le contexte est aujourd'hui bien différent. Les saisons passées, les Verts étaient dans le dur. Aujourd'hui, la donne à changé. Je ne suis pas surpris de voir leur classement. Ils ont su prendre un bon départ, emmagasiner de la confiance et voir émerger des talents. Cette équipe a eu une période faste et connait moins de réussite actuellement. Mais à Saint-Etienne, au niveau de l'ambiance et de la ferveur, c'est deux crans au-dessus de tout ce que l'on peut connaitre en L1. Il faudra être costaud pour résister à la pression du terrain et des tribunes." Des joueurs confiants, un entraîneur méfiant La pression ne devrait pas être réservée qu'aux Lorientais et risque de se rappeler au bon souvenir de Stéphanois qui, après un début de saison faste synonyme de sérénité, marquent le pas. Pour autant, le club aux dix titres de champions de France refuse de sombrer dans le pessimisme alors que la victoire en Ligue 1 le fuit depuis le court déplacement effectué à Lyon. "Autant nous ne nous sommes pas enflammés dans les bonnes périodes, autant, aujourd'hui, que nous sommes dans le dur, nous ne nous alarmons pas plus que ça", assure Jérémie Janot. "Ceci dit, il faut vite réagir face à Lorient." Lancé dernièrement pour pallier l'absence de Carlos Bocanegra, Loris Néry garde également espoir. "Je ne crois pas qu'il faut être inquiet même si lorsqu'on ne gagne pas on n'engrange pas de la confiance. La réussite que nous avions auparavant nous fuit actuellement. Si nous conservons nos principes, cela va revenir", assure au Progrès le défenseur âgé de 19 ans. Le son de cloche est quelque peu différent chez Christophe Galtier, entraîneur qui n'a que peu goûté les dernières productions de ses joueurs, à commencer par celle réalisée sur le terrain de Brest le week-en dernier (2-0): "L'accumulation des matches a fait que nous n'avons pas fait les bons choix. On aurait pu être plus dangereux. Mais, quand on ne sait pas gagner, il faut surtout ne pas perdre. Nous n'avons pas su le faire. Il y a eu des manques dans le respect de notre organisation de jeu au niveau du placement. Ce qui nous a mis en difficulté face à un adversaire de qualité. Nous avons perdu trop de ballons faciles. Est-ce lié à la fatigue, à l'état du terrain ? Je le crois même si nous avons également manqué de concentration et également d'humilité. Peut-être à cause d'une euphorie. Tout le monde est déçu. On va se remettre dans le droit chemin" Un emballement légitime pour une équipe meurtrie par deux saisons galères au terme desquelles le maintien a été assuré de justesse et qui n'a pas manqué de pleinement profiter des instants de bonheur nés de sa bonne entame d'exercice. Une bonne mise en route qui offre aujourd'hui un capital confiance et points utile dans un Championnat très serré dans lequel les Verts restent au contact malgré des résultats en berne et une pléiade de blessures, Blaise Matuidi ou Loïc Perrin manquant à l'appel samedi. Si la thèse du surrégime est crédible pour une équipe à l'effectif limité, toujours est-il que l'ASSE n'a pas dit son dernier mot dans cette Ligue 1. La mission des Stéphanois face à Lorient est toute trouvée: renouer avec la victoire pour donner raison à leur entraîneur.