Des surprises à tous les étages

  • A
  • A
Des surprises à tous les étages
Partagez sur :

La saison 2011 s'est achevée dimanche après le Chrono des Nations, l'occasion de dresser un premier bilan. Sur les Grands Tours et les classiques, les cadors ont assuré mais des coureurs inattendus sont venus perturber l'ordre établi. Du côté des Français, Thomas Voeckler, le chef de file, a entraîné dans son sillage une vague de résultats probants.

La saison 2011 s'est achevée dimanche après le Chrono des Nations, l'occasion de dresser un premier bilan. Sur les Grands Tours et les classiques, les cadors ont assuré mais des coureurs inattendus sont venus perturber l'ordre établi. Du côté des Français, Thomas Voeckler, le chef de file, a entraîné dans son sillage une vague de résultats probants. Les Grands Tours: Des habitués et un nouveau Alberto Contador vainqueur du Tour d'Italie et Cadel Evans pour la première fois triomphant sur le Tour de France, somme toute rien de très étonnant. La victoire de Juan José Cobo sur le Tour d'Espagne l'est beaucoup plus. Des trois Grands Tours de la saison, la Vuelta était le plus ouvert, en raison surtout d'un plateau relevé sans coureur au-dessus du lot. L'Espagnol de la formation Geox en a profité pour inscrire pour la première fois son nom au palmarès d'une épreuve majeure en s'appuyant sur ses qualités de grimpeur. Ancien membre de la sulfureuse équipe Saunier-Duval, Cobo s'est imposé dans un climat de suspicion autour de sa performance. A lui de prouver qu'il ne s'agit pas d'un épiphénomène. Suspicion aussi autour de Contador, même si son succès sur le Giro ne souffre d'aucune contestation. Empêtré dans son affaire de dopage présumé au clenbutérol sur le Tour de France 2010, le coureur de la Saxo Bank a mis de côté son jugement devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour remporter l'un des Tours d'Italie les plus difficiles de ces dernières années. Dominateur, le Madrilène a étouffé la concurrence dès l'Etna, la première grande difficulté de la course, pour ramener le maillot rose à Milan pour la deuxième fois de sa carrière. Evans, lui, a attendu la veille de l'arrivée à Paris pour ravir le maillot jaune à Andy Schleck et triompher enfin sur la Grande Boucle. Sa parfaite gestion de course et sa combativité l'ont récompensé de son abnégation. Les classiques: Gilbert et les surprises Numéro un mondial et premier du classement World Tour, Philippe Gilbert a éclaboussé la saison 2011 de son talent. Au sommet de sa performance trône son fabuleux triptyque Amstel Gold Race - Flèche Wallonne - Liège-Bastogne-Liège au printemps. Le Belge s'est aussi imposé sur le Tour de France, lors de la première étape au Mont des Alouettes, sur la Clasica San Sebastian et le GP de Québec. Une année exceptionnelle pour le Wallon qui va rejoindre la formation BMC de Cadel Evans et Thor Hushovd la saison prochaine. Derrière lui, plusieurs coureurs ont éclot au plus haut niveau, comme Peter Sagan, l'homme aux 17 victoires à seulement 21 ans, le sprinteur allemand Marcel Kittel, qui prend la relève d'Erik Zabel, et son compatriote John Degenkolb. La saison des classiques a surtout été marquée par de nombreuses surprises, du moins des vainqueurs inattendus. Nick Nuyens a ainsi remporté le Tour de Flandres en profitant du marquage des favoris, même scénario sur Paris-Roubaix avec la victoire de Johan Vansummeren. Rui Faria Da Costa (GP de Montréal), Grega Bole (GP de Plouay), Matthew Goss (Milan-San Remo) et Oliver Zaugg (Tour de Lombardie) ont eux aussi saisi leur chance. Les Français: Dans le sillage de Voeckler Evénement de l'année cycliste en France, la Grande Boucle a concentré toute l'attention l'été dernier avec le numéro de Thomas Voeckler, dix jours avec le maillot jaune sur le dos et une quatrième place finale à Paris. Son coéquipier Pierre Rolland a lui aussi brillé en remportant la prestigieuse étape de l'Alpe-d'Huez et en rapportant le maillot blanc de meilleur jeune. Sur le Tour d'Espagne, David Moncoutié a remporté le classement de la montagne pour la quatrième fois d'affilée, tandis que John Gadret a réalisé son meilleur résultat sur un Grand Tour en terminant quatrième du Giro. Même si les coureurs français ont raté les victoires d'étapes sur le Tour de France, leur saison n'en est pas vraiment le reflet. Pas de succès non plus dans les épreuves World Tour, mais ils ont gagné partout. Voeckler compte ainsi huit victoires cette saison (sur le Tour Méditerranéen, Paris-Nice et les Quatre Jours de Dunkerque notamment), même réussite pour Romain Feillu (Tour Med, Tour du Finistère, Circuit de Lorraine). Tony Gallopin, espoir du cyclisme tricolore à 23 ans, a remporté la Coupe de France, Thibaut Pinot, 21 ans, explose au plus haut niveau et ses qualités de grimpeur ont déjà porté ses fruits avec six succès pour sa deuxième saison professionnelle. Avec eux, la relève est assurée.