Des Experts en or !

  • A
  • A
Des Experts en or !
Partagez sur :

Comme en Croatie il y a deux ans, la France est championne du monde après sa victoire en finale sur le Danemark (37-35) dimanche à Malmö. Poussés en prolongation, les Experts ont fait honneur une fois de plus à leur surnom, signant leur quatrième succès consécutif dans une compétition majeure. Avec, déjà, un billet pour les JO 2012 en poche.

Comme en Croatie il y a deux ans, la France a décroché le titre de champion du monde de handball, dimanche en Suède, aux dépens du Danemark (37-35). Malgré la pugnacité jamais démentie de Scandinaves qui les auront poussés à la prolongation, les Experts ont fait honneur une fois de plus à leur surnom, signant là leur quatrième succès consécutif dans une compétition majeure. Avec, déjà, un billet pour les JO 2012 en poche. Les Experts avaient prévenu: ils ne se contenteraient pas de la médaille d'argent, un métal amer qu'ils n'ont jamais goûté et dont leurs brillants aînés ne s'étaient guère contentés qu'en 1993, au terme d'une finale de Mondial perdue devant la Russie. Depuis cette expérience maudite, le handball tricolore a toujours honoré l'ultime rendez-vous d'un tournoi quand il s'y trouvait. Au championnat du monde 1995 d'abord, puis lors des éditions 2001 et 2009 de cette même compétition, aux Euro 2006 et 2010 ensuite et enfin aux JO de Pékin en 2008. Une tradition qui perdure... encore et encore. Ce dimanche à Malmö, à trente kilomètres à peine de Copenhague la Danoise, la France a conquis le quatrième titre de champion du monde de son histoire, rejoignant ainsi au faîte du palmarès de l'épreuve la Suède et la Roumanie. Deux nations qui, elles, n'ont jamais triomphé à l'échelon olympique. De là à considérer les Bronzés, Barjots, Costauds et autres Experts comme les maillons de la plus belle mécanique qu'ait jamais connu le handball international, il n'y a qu'un pas présomptueux que l'on osera volontiers franchir en la circonstance. Et pourtant ce n'est pas n'importe quel collectif qui faisait face aux hommes de Claude Onesta en ce jour de finale. Avec neuf victoires en autant de matches dans ce Mondial 2011, les Danois avaient des allures de véritables épouvantails, emmenés par le meilleur artilleur de la quinzaine, un Hansen qui n'a d'ailleurs pas manqué de confirmer son statut ce dimanche (10 buts). D'autant que les Scandinaves, qui disputaient là leur première finale de Mondial depuis 1967 et un revers douloureux concédé devant la Tchécoslovaquie, étaient bien décidés à briser l'hégémonie tricolore, eux les héritiers de la dernière équipe à avoir inscrit son pays au palmarès d'un championnat majeur, hors Experts: lors de l'Euro 2008. Rendez-vous à Londres Aussi le combat a-t-il été rude. Malgré un avantage de trois buts à la pause (15-12), acquis grâce aux combinaisons expertes conclues tantôt par Karabatic, tantôt par Barachet, Fernandez ou Guigou, les protégés d'Ulrik Wilbek n'ont jamais abdiqué, parvenant à leurs fins - l'égalisation - à la 49e minute (24-24), tandis que leurs adversaires, comme face à l'Espagne et à la Suède en demie, traversaient un bref passage à vide. Une combativité telle que logiquement récompensée par une prolongation, arrachée à la dernière seconde par Spellerberg alors que Karabatic pensait avoir fait la différence sur l'action précédente (31-31). Alors en infériorité numérique, douchés dans leur enthousiasme par ce retour danois du diable vauvert, les Experts ne se sont toutefois pas laissés abattre. En dépit d'une 17e parade du mur Landin Jacobsen sur un penalty de Guigou (63e), les troupes de Claude Onesta ont fini par toucher l'or qui leur était promis, poussés dans leur quête par la 10e réalisation d'un Karabatic qui aura fait honneur à son rang de meilleur joueur du tournoi, sans oublier les ultimes banderilles placées par capitaine Fernandez - dont un penalty lourd de conséquences à deux minutes de la délivrance - et Guigou, crédité de 7 buts ce soir encore (37-35). Consacrés à Pékin en 2008 face à l'Islande (28-23), à Zagreb en 2009 contre la Croatie (24-19) et à Vienne en 2010 devant ces mêmes Croates (25-21), les Experts avaient toujours survolé leurs finales jusqu'alors, la victoire obtenue au forceps ce dimanche à Malmö n'en est que plus belle. D'ores et déjà qualifiée pour le prochain Championnat du monde et les JO 2012, la génération dorée du handball français pourrait bien se présenter à Londres affublée d'un nouveau sobriquet... Pourquoi pas "les Invincibles" ?